PSA dévoile la répartition de ses ventes selon ses 6 directions régionales

Après l’annonce la semaine dernière de la nomination de six patrons de régions, PSA Peugeot Citroën dévoile les volumes réalisés sur chacune de ces zones.

L’Europe (Union européenne, EFTA, Albanie, Bosnie, Croatie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Serbie), qui sera à partir du 1er septembre dirigée par Denis Martin, est la plus grosse région et représentait à fin mai 60,9 % des ventes de PSA, avec 756 600 unités écoulées.

La deuxième région en termes de volumes est la zone « Chine et Asie du Sud Est », qui a été confiée à Grégoire Olivier, précédemment directeur Asie (depuis septembre 2010). Elle représentait à fin mai pratiquement le quart des volumes de PSA (24,1 % exactement avec 299 100 véhicules vendus à fin mai).

L’Amérique Latine (la seule zone avec l’Europe à périmètre inchangé) est la troisième région du groupe et représentait 7,3 % des volumes à fin mai avec 91 200 véhicules vendus. Carlos Gomes, qui en avait déjà la responsabilité depuis juillet 2010, reste en poste avec désormais une responsabilité élargie (comme tous les autres directeurs opérationnels de région) « au résultat économique » de sa zone.

Les trois autres zones représentent des volumes nettement plus modestes (7,8 % à eux trois) mais des perspectives de croissance importantes. La plus problématique d’entre elles reste l’Eurasie, dont l’essentiel est constitué de la Russie mais qui compte également l’Ukraine et les pays en « stan » (Kazakhstan, Ouzbékistan, etc.). Christophe Bergerand, qui a pris la responsabilité de la Russie au début de l’année, en devient le directeur opérationnel. Avec la Chine et l’Amérique Latine, la Russie est l’un des trois marchés principaux de la stratégie de mondialisation du groupe. Dans ce pays où le constructeur compte un site d’assemblage (à Kalouga), les volumes n’ont pas décollé (23 100 unités à fin mai). Sur les 5 premiers mois de l’année, l’Eurasie a représenté 1,9 % des ventes de PSA (la Russie a totalisé 2,2 % des ventes du groupe en 2013). Sur cette zone, PSA prévoit une croissance des marchés de 44 % sur les 9 prochaines années (de 3,3 millions en 2013 à 4,7 millions d’unités en 2022).

La plus petite région de ce nouveau découpage, l’Inde-Pacifique, ne représente sur les 5 premiers mois de l’année que 0,6 % des ventes du groupe avec 7 100 véhicules vendus, mais concentre un potentiel de croissance très important. Le groupe y prévoit en effet une progression de ses ventes de 68 % en 3 ans et de 184 % sur 5 ans. Une implantation en Inde n’est pas encore à l’ordre du jour, mais PSA compte toutefois exploiter cette zone depuis la Chine en explorant des opportunités de productions locales dans le cadre de projets CKD. Cette zone a été confiée à un nouveau venu chez PSA, Emmanuel Delay, qui a fait une bonne partie de sa carrière chez Nissan.

La bonne surprise de la répartition des ventes du groupe vient du poids non négligeable de la zone Moyen Orient-Afrique, qui représente 5,3 % des ventes (avec 66 200 véhicules vendus), alors même que l’activité en Iran (qui figure dans ce périmètre) est toujours à l’arrêt (elle a représenté jusqu’à 470 000 unités par an avant la mise en ?uvre des sanctions internationales). Sur cette zone, on note également une forte prédominance de la marque Peugeot (qui totalise 70 % des ventes du groupe sur la région). PSA prévoit une hausse de ses volumes sur cette zone de 34 % entre 2013 et 2016 et de 66 % en 5 ans. Le groupe compte capitaliser sur sa présence en Algérie et en Turquie (deux marchés à potentiel de croissance très élevé), mais aussi s’implanter au Nigéria (pays où les volumes avaient progressé de 25 % à fin mai) et en Afrique du Sud (premier marché du continent africain). Le groupe compte également y implanter la marque DS dans le cadre d’un programme DS « World Big Cities ». Les ventes restent modestes avec 800 DS vendues sur cette zone en 5 mois. Cette région a été confiée à l’un des piliers de l’ancienne direction générale, Jean-Christophe Quémard, qui a fait toute sa carrière dans le groupe dans des fonctions industrielles avant de prendre la direction des achats puis celle des programmes.

Les données diffusées par PSA montrent également la montée en puissance des volumes de DS sur la Chine, qui avec 8 100 véhicules vendus sur les 5 premiers mois de 2014 (et surtout 2 800 unités sur le seul mois de mai), représente 15,4 % des ventes mondiales de DS. L’Europe est encore le principal marché de la marque premium avec 41 600 unités écoulées sur 5 mois, mais on en compte des ventes dans chaque zone géographique avec 800 unités dans la zone Moyen Orient-Afrique, 500 dans la zone Eurasie, 800 dans la zone Inde Pacifique (soit presque autant que les 1 200 ventes de Citroën dans cette région) et 700 dans la zone Amérique Latine. (AUTOACTU.COM 18/6/14)

Alexandra Frutos