PSA Peugeot Citroën a réduit sa perte nette en 2013

PSA Peugeot Citroën a fortement réduit sa perte nette en 2013, à 2,3 milliards d'euros contre 5 milliards un an plus tôt, malgré une dépréciation d'actifs de 1,1 milliard d’euros qui touche essentiellement sa division automobile, à cause du « contexte de dégradation des marchés automobiles et de l'évolution des taux de change en Russie et en Amérique latine ». Le constructeur a souffert l'an dernier de la baisse des ventes en Europe, où il a réalisé 58 % de ses ventes, indique-t-il dans un communiqué. De plus, « les taux de change négatifs ont pesé sur les résultats », souligne le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon.

PSA a réussi à réduire sa perte nette courante à 177 millions d'euros en 2013, contre 560 millions un an plus tôt, malgré une baisse de son chiffre d'affaires de 2,4 %, à 54,1 milliards d'euros. La perte opérationnelle courante de sa division automobile ressort à 1 milliard d’euros, contre 1,5 milliard un an plus tôt. « Nous avons largement dépassé notre objectif de réduire la consommation de free cash flow (flux de trésorerie) opérationnel » l'an dernier, se félicite M. De Chatillon. PSA espérait brûler au moins deux fois moins de liquidités que les 3 milliards de 2012 et n'a en fait consommé que 426 millions d'euros.

Le constructeur table pour cette année sur un marché automobile en hausse de 2 % en Europe, en progression de 10 % en Chine, mais en repli de 2 % en Amérique latine. Il prévoit par ailleurs un marché stable en Russie.

Dans ce contexte et grâce aux économies supplémentaires qu'il espère réaliser, PSA vise « un free cash flow » opérationnel positif en 2016 au plus tard ». « Au-delà, la génération de free cash flow opérationnel devrait s'accélérer grâce au bénéfice structurel des projets d'opération », ajoute le constructeur.

La dette nette de PSA s’élevait à 4,15 milliards d'euros à la fin de 2013. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 19/2/14)

Alexandra Frutos