Nouveaux développements dans l'affaire Volkswagen

L'affaire Volkswagen se poursuit, bien qu'elle ait éclaté il y a près de deux ans maintenant. Dernièrement, le cabinet d’avocats américain Hausfeld a annoncé qu'il voulait déposer une plainte contre Volkswagen à la Cour de Justice Européenne, dans le cadre de l’affaire des moteurs truqués.Selon Hausfeld, dans l'affaire Volkswagen, de nombreuses questions de droit européen restent à clarifier, notamment pour savoir si les modèles diesel de Volkswagen dotés de logiciels truqueurs peuvent conserver leur homologation aux normes CE. Le cabinet estime que Volkswagen devrait en outre reprendre les véhicules au prix d'achat. (SPIEGEL, AUTOMOBILWOCHE, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG 27/6/17)D'ailleurs, en Allemagne, Volkswagen a renoncé à faire appel de décisions des tribunaux régionaux d'Arnsberg et de Bayreuth. De ce fait, le constructeur a accepté de racheter des voitures diesel affectées par le scandale des moteurs truqués à des clients allemands. Cette décision pourrait créer un précédent, mais Volkswagen a tenu à minimiser son impact, en soulignant qu'il s'agissait d'une exception et que la valeur très faible des véhicules avait été prise en compte. (REUTERS 23/6/17)Par ailleurs, aux Etats-Unis, les compensations que Volkswagen accorde à ses clients américains, ainsi que les investissements dans le domaine de la protection de l'environnement pour redorer son image, ont représenté un coût de près de 9 milliards de dollars cette année.Cela pose la question de savoir si le flux de liquidités de Volkswagen aux Etats-Unis sera suffisant pour couvrir le scandale.D'ici à la mi-2019, au mois 85 % des véhicules affectés par le scandale devront avoir été rachetés par Volkswagen ou remis aux normes. (HANDELSBLATT 27/6/17)En outre, pour réduire ses coûts salariaux, la marque Volkswagen prévoit de diminuer le nombre de ses dirigeants en Allemagne, en proposant le même plan de départ en retraite anticipées à ses cadres qu'à ses employés et ouvriers. L'objectif à terme est de rajeunir la direction et de simplifier la hiérarchie en vue d'encourager un esprit entrepreneurial. La marque Volkswagen se fixe pour objectif de réduire ses coûts de 3 milliards d'euros en Allemagne. (AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 27/6/17)Enfin, plusieurs cadres d'Audi ont vivement critiqué le directoire d'Audi, y compris son président, Rupert Stadler. Ils reprochent au directoire de ne pas entamer un réel changement de mentalité. En outre, ces cadres se disent frustrés par « l'indécision désastreuse » de la direction. Malgré ces critiques, un porte-parole d'Audi a démenti un éventuel départ de M. Stadler. (REUTERS, AUTOMOBILWOCHE 25/6/17)

Cindy Lavrut