Nissan renonce à certains gonfleurs de sacs gonflables de Takata

Dans la foulée de Toyota, Nissan a annoncé le 7 novembre qu'il n'utiliserait plus certains gonfleurs de sacs gonflables de son compatriote Takata, aux prises avec un scandale qui menace son avenir. « Nous avons décidé de ne plus utiliser de gonfleurs contenant du nitrate d'ammonium pour nos futurs modèles », a déclaré le groupe dans un communiqué, soulignant que sa « priorité numéro un était la sécurité de ses clients ».

Le nitrate d'ammonium est soupçonné d'être un des facteurs à l'origine des explosions de coussins gonflables et Takata s'est engagé à ne plus utiliser ce gaz d'ici à la fin de 2018. Ce problème est à l'origine de huit décès dans le monde, dont sept aux Etats-Unis, et de quelque 50 millions de rappels de véhicules. Puni d'une lourde amende aux Etats-Unis, Takata, spécialiste des ceintures et coussins de sécurité, a été lâché par ses principaux clients, au premier rang desquels Honda, qui lui a reproché d'avoir « manipulé des données ». Mazda, Mitsubishi Motors et Subaru (Fuji Heavy) envisagent de faire de même.

A la Bourse de Tokyo, l'action Takata a perdu près de 40 % en trois séances cette semaine, les investisseurs s'interrogeant sur l'avenir de cette entreprise octogénaire qui emploie quelque 49 000 salariés à travers le monde. (AFP 7/11/15)

Alexandra Frutos