Nissan pourrait utiliser le nouveau moteur électrique de Renault

Le nouveau moteur électrique produit en France pour la Renault Zoé pourrait également équiper à l'avenir des modèles de Nissan, a déclaré le 18 juin le directeur commercial des véhicules électriques du constructeur français. Le moteur - nom de code R240 car il permet une autonomie de 240 kilomètres, contre 210 avec le moteur précédent - est fabriqué depuis avril dans l'usine Renault de Cléon (Seine-Maritime). La ligne de fabrication a officiellement été inaugurée hier en présence des élus locaux.

« C'est un moteur pour la Zoé, mais il est ouvert à l'Alliance, c'est-à-dire aux futures voitures Renault et aux futures voitures Nissan », a déclaré Vincent Carré à des journalistes en marge d'une visite du site. « Pour des questions de business, nous n'allons pas multiplier les moteurs et nous allons évidemment le réutiliser pour d'autres produits. Je ne peux pas encore dire lesquels, d'ailleurs ce n'est pas décidé », a-t-il ajouté. Alors que les deux constructeurs mettent en commun un nombre croissant de composants et de programmes depuis plusieurs années, les véhicules électriques et les batteries ont obéi jusqu'ici à des logiques beaucoup plus distinctes. Nissan fabrique l'actuel moteur de la Leaf sur son site de Yokohama, au Japon. Le R240 marque quant à lui la décision de Renault de produire en interne son propre moteur électrique, alors que son prédécesseur était acheté à Continental.

Le lancement du nouveau moteur s'est accompagné de 100 créations d'emplois à Cléon, pour une capacité de production initiale de 50 000 unités par an. Cette capacité pourrait à terme être multipliée par deux. Le site de Cléon, qui emploie près de 4 000 personnes, est l'une des plus grosses usines de moteurs de Renault. Il a produit l'an dernier près de 500 000 moteurs, surtout diesel, dont environ 40 % étaient destinés aux constructeurs partenaires, pour moitié Nissan. Le marché des voitures électriques, sur lequel Renault-Nissan mise beaucoup depuis le départ, a connu un démarrage bien plus lent que prévu. M. Carré estime cependant que l'accélération actuelle des ventes (+ 75 % environ sur cinq mois pour la Zoé en Europe), aidée notamment par l'instauration d'aides publiques comme le superbonus en France, devrait se poursuivre cette année, avec une hausse d'au moins 50 % attendue pour Renault en Europe.

Vincent Carré estime par ailleurs qu'avec 40 000 bornes de recharge en France attendues fin 2016, contre 10 000 actuellement, l'écosystème de charge sera suffisamment visible pour rassurer les automobilistes sur l'autonomie de leur voiture et accompagner le développement du marché. (REUTERS 18/6/15)

Alexandra Frutos