Michelin va mettre l’accent sur les services et le numérique

L’USINE NOUVELLE (19/3/15) publie un dossier spécial consacré à Michelin, dans le cadre duquel le président du manufacturier Jean-Dominique Senard explique que le pneumatique reste « le socle et c’ur » des activités du groupe, mais qu’il ne peut « ignorer le mouvement de fond engendré par la transformation numérique ». « Cette transformation, Michelin veut la maîtriser. Ce qui se traduit par des mouvements de fond dans l’entreprise, comme le développement de réseaux sociaux, du travail collaboratif et d’actions vers les clients. Le digital rentre chez Michelin par tous les pores. C’est une opportunité formidable, car dans notre métier, la relation avec le client n’est pas régulière, il y a donc un risque de perte de contact avec lui entre deux changements de pneus. Le digital permet d’entretenir une relation permanente », souligne-t-il.

« Il faut se souvenir que le service fait partie de l’ADN de Michelin. Dès le début, nous ne vendions pas seulement un pneu, mais une palette de solutions à nos clients pour faciliter leurs déplacements. Avec notre filiale Michelin Solutions, nous avons développé récemment une offre de services comme Effifuel, qui garantit à nos clients une économie réelle en litres de carburant. Michelin ne fournit pas seulement le pneu : il forme le chauffeur à l’éco-conduite, contrôle la consommation du camion, optimise les itinéraires des tournées. L’acquisition de Sascar [entreprise brésilienne de services aux flottes d’entreprise] s’inscrit dans ce mouvement. Cette entreprise sert plus de 30 0000 flottes de camions au Brésil, sur toute une palette de services sauf un, le pneu ! La synergie avec Michelin est donc considérable, le modèle est exportable sur le reste de l’Amérique latine, en Amérique du Nord et ailleurs », explique par ailleurs M. Senard.

Alexandra Frutos