Michelin renonce à implanter un centre de services à Tours

Michelin a renoncé à implanter à Tours un centre de services de son activité Michelin solutions, a-t-on appris le 22 juin auprès de la direction et des syndicats. L'annonce a été faite lors d'un récent comité central d'entreprise au siège du groupe à Clermont-Ferrand. Le manufacturier avait promis en octobre 2013 cette implantation en Indre-et-Loire, en contrepartie de l'arrêt de la production de pneus poids-lourds à Joué-lès-Tours. Ce centre de services proposés aux transporteurs et logisticiens afin d'optimiser leur consommation de carburant devait permettre la création de 40 emplois l'année de son lancement, et 200 d'ici à 2019.

« La crise dans le transport ne nous permet pas de commercialiser efficacement ces solutions », a expliqué une porte-parole du groupe. Pour l'heure, cette nouvelle activité n'emploie que 10 personnes, toutes basées au siège de Michelin, à Clermont-Ferrand. « Michelin ne renonce pas pour autant à ses obligations. Nous nous sommes engagés à recréer 706 emplois en Indre-et-Loire. Les aides du plan de revitalisation ont accompagné la création de 336 emplois au sein d'entreprises locales », a assuré la même source.

Parmi les salariés licenciés en 2013, 380 sont partis en retraite anticipée. 162 ont rejoint une autre usine du groupe, principalement à Clermont-Ferrand et 166 ont bénéficié d'ateliers de transition professionnelle. La moitié d'entre eux ont retrouvé du travail. En juin 2013, Michelin avait annoncé l'arrêt de la production de pneus pour poids-lourds à Joué-lès-Tours et son transfert vers La Roche-sur-Yon (Vendée), entraînant la suppression de 706 postes. (AFP 22/6/15)

Alexandra Frutos