Michelin précise le volet social de son plan de réorganisation

Dès la mi-mars et l'annonce de la définition et de la mise en ?uvre d'un ambitieux plan de réorganisation mondiale, la direction de Michelin a affirmé qu'il n'y aurait pas de départs contraints. Le groupe va toutefois exploiter le levier de la retraite pour réduire ses effectifs. Michelin compte notamment opérer un recentrage vers des activités et des emplois à grande valeur ajoutée, ce qui va parallèlement se traduire par une réduction des effectifs sur deux marchés clés : la France, à hauteur de 1 500 postes, et les Etats-Unis pour 450 postes. « S’agissant des Etats-Unis, le projet entraînerait une diminution d’environ 450 postes dans les fonctions centrales entre 2018 et 2021. La grande majorité de cette évolution résulterait de l’attrition, dont les départs à la retraite. En effet, 1500 salariés devraient quitter l’entreprise sur la même période », précise le groupe par voie de communiqué à propos du marché américain.

En ce qui concerne la France, Michelin fait référence à un changement générationnel d'envergure et prévoit que, d'ici à 2021, « 5 000 salariés quitteront le groupe, majoritairement par départ en retraite, dont environ 2 000 sur l’établissement de Clermont-Ferrand ». C'est d'ailleurs Clermont-Ferrand (Carmes, Ladoux, Cataroux, Gravanches et Combaude) qui paiera le plus lourd tribut, avec 970 départs en retraite de collaborateurs et de cadres qui ne seront pas remplacés à l’horizon 2021. Pour le reste, Michelin favorisera les préretraites, par le biais d'un dispositif d'incitation qui reste encore à préciser.

Simultanément, Michelin va aussi recruter 3 500 nouveaux collaborateurs en France d'ici à 2021, dont 1 000 à Clermont-Ferrand. Le groupe veut aussi implanter ou développer significativement de nouvelles activités qui pourraient créer des emplois, dont 250 à très haute qualification focalisés sur les matériaux de haute technologie, l'impression 3D, via l'essor annoncé de la coentreprise avec Fives, ou encore le numérique.

Le plan de réorganisation comprend quelques autres mesures phares. Pour les ventes et la gestion de la relation clients, Michelin va affiner sa couverture mondiale en passant à dix Régions, dont quatre pour la seule Europe. Dans l'optique de déployer une approche « Clients & Métiers », quatorze Lignes Business verront le jour. Elles auraient vocation à construire des offres pour satisfaire des groupes de clients ayant des attentes similaires à travers le monde. Elles auraient un rôle clé dans l’élaboration de la stratégie du groupe et piloteraient leurs résultats sur leurs segments de clients. En outre, huit Directions opérationnelles seraient créées pour apporter expertises et support aux Régions et aux Lignes Business.

La chaîne décisionnelle sera aussi significativement raccourcie. A titre d'exemple, le nombre d'échelons hiérarchiques entre un directeur d'usine et la présidence passera de sept à quatre. Le nombre de compte-rendus mensuels sera lui aussi divisé par deux. Cette simplification doit améliorer l'efficacité du groupe et, dans un autre registre, assurer son attrait auprès des jeunes générations peu enclines à travailler dans des machineries lourdes. (JOURNALAUTO.COM 23/6/17)

Alexandra Frutos