Michelin officialise sa coentreprise en Indonésie

Michelin a officialisé le 5 novembre sa coentreprise dans le caoutchouc synthétique en Indonésie, fer de lance de son développement en Asie dans le domaine des « pneus verts ». Ces pneumatiques du futur à faible résistance au roulement permettent de réaliser des économies substantielles de carburant.

Aux termes de l’accord signé en juin, le manufacturier prévoit d'investir 435 millions de dollars (323 millions d'euros) dans la construction d’une nouvelle usine, qui sera réalisée conjointement avec l'Indonésien Chandra Asri Petrochemical (CAP), un leader local de la pétrochimie (CAP détient 45 % de la coentreprise et Michelin le restant). Les travaux devraient débuter en 2015 pour un démarrage de l'activité prévu en 2017.

L'unité de production va « non seulement permettre à Michelin de croître en Asie du Sud-est, mais également de fournir le troisième pilier au groupe puisque, dans le domaine des pneus verts, nous étions présents en Amérique du Nord et en Europe mais pas en Asie, alors que c'est en Asie que va avoir lieu l'essentiel de la croissance », a expliqué à l'AFP (5/11/13) Jean-Dominique Senard, patron de Michelin, en marge d'une conférence de presse organisée à Jakarta pour inaugurer le partenariat. « L'Indonésie sera dans les dix à quinze ans à venir un des centres de croissance dans le monde. Nous nous devons d'y être présents », a-t-il ajouté.

« Dans dix ans, les pneus verts représenteront 40 % du marché du tourisme, contre 10 % actuellement » en Asie, a de son côté déclaré Lionel Dantiacq, directeur pour Michelin de l'Asie du Sud-est et de l'Océanie.

Quatrième pays le plus peuplé au monde, avec près de 250 millions d'habitants, l'Indonésie connaît une croissance d'environ 6 % par an. Son marché automobile a bondi d'un quart en 2012, pour atteindre 1,1 million d'unités.

Pour l'instant cependant, « la majorité » de la production de la future usine, qui disposera d'une capacité annuelle de 120 000 tonnes, sera destinée « à l'export, car le marché des pneus verts n'est pas encore très développé en Indonésie », a précisé Erwin Ciputra, président de CAP.

M. Senard ne compte pas s'arrêter à l'Indonésie, et a « de nouveaux projets » ailleurs en Asie. « Mais nous allons y aller pas à pas », a-t-il déclaré. L'Asie du Sud-est et l'Océanie représentent actuellement 7 % à 8 % des ventes mondiales, et 10 % à 12 % de l'outil industriel, a indiqué M. Dantiacq. « Nous voulons croître deux fois plus vite que le marché », soit environ 10 % par an, a-t-il déclaré. Michelin dispose actuellement d'une part de marché allant de 35 % en Thaïlande à moins de 5 % en Indonésie, a-t-il ajouté. « Aucune de nos usines en Asie n'exporte de pneus en Europe. Tout ceci est fait pour la demande intérieure en Asie », a-t-il enfin assuré.

Michelin dispose actuellement de dix usines en Asie : six en Thaïlande, trois en Chine et une toute nouvelle en Inde.

Alexandra Frutos