Michelin maintient ses prévisions annuelles

Michelin a vu son bénéfice net fondre à 507 millions d'euros au premier semestre, en raison d'une provision pour restructuration de 250 millions, mais il maintient ses prévisions annuelles. Le manufacturier continue de miser sur une baisse continue du cours des matières premières dans la seconde moitié de l'année.

Sur les six premiers mois de 2013, les ventes de Michelin ont diminué de 5 %, à 10,2 milliards d'euros, toujours plombées par l'Europe, alors que l'Asie et l'Amérique du nord ont bien résisté. Le résultat opérationnel avant éléments non récurrents a baissé à 903 millions d’euros, contre 1,41 milliard un an plus tôt.

Michelin a été obligé de baisser ses prix au premier semestre, ce qui s’est traduit par un effet « mix-produit » de 242 millions d'euros. Il a aussi subi l'impact négatif du taux de change de l'euro, estimé à 143 millions d'euros. Le groupe assure toutefois avoir pratiquement compensé ces éléments négatifs par l'impact de la baisse des coûts des matières premières, qui lui a permis d'économiser 206 millions d'euros.

« Au second semestre, l'effet de la baisse des cours de matières premières devrait s'amplifier et générer un impact favorable de l'ordre de 350 millions d'euros sur le résultat opérationnel », indique Michelin. Dans ce contexte, compte tenu d'une perspective de stabilisation des prix par rapport au premier semestre, la marge opérationnelle du groupe au second semestre devrait « bénéficier de l'impact des coûts de matières premières qui devrait plus que compenser l'effet mix-produit » négatif.

Dans l'ensemble, Michelin « confirme ses objectifs pour l'année 2013, un résultat opérationnel avant éléments non récurrents stable, une rentabilité des capitaux employés supérieure à 10 % et la génération d'un cash flow positif », a déclaré son patron Jean-Dominique Senard. (AFP 25/7/13)

Alexandra Frutos