Michelin confirme son partenariat dans les semelles techniques

Le 26 novembre, Michelin a signé au centre de technologie de Ladoux, près de Clermont-Ferrand, un partenariat avec la filiale JV International de Jihua, spécialiste mondial du textile et de l'habillement technique. « Nous n'allons rien fabriquer », a indiqué Claire Dorland-Clauzel, directrice de la communication et des marques du groupe français. « Nous apportons tout le savoir-faire de Michelin sur les mélanges de gomme, les nouveaux matériaux, les sculptures, qui permettent aux pneus d'avoir de l'adhérence, de la longévité tout en offrant de la sécurité », a-t-elle précisé.

De son côté, JV International, dont le centre de design est installé à Vérone en Italie, assurera la coordination de chaque projet à l'échelle mondiale, de l'identification des besoins à la livraison des produits finis - dont les plus techniques sortiront des usines chinoises de Jihua - en passant par leur fabrication.

« Le groupe Michelin a une histoire de plus de 100 ans. Il allie excellence et savoir-faire dans le pneu. Donc Michelin est l'entreprise dont le marché a besoin. Car nous voulons produire une semelle dont la technicité est supérieure à celles qui sont déjà présentes sur le marché », a souligné le président du groupe Xinxing Cathay International (qui détient Jihua), Liu Ming Zhong.

Trois types de produits aux semelles siglées Michelin sont d'ores et déjà commercialisés : des bottes de moto, des chaussures de VTT et des bottes de sécurité antidérapantes. « Une dizaine d'autres projets » sont en cours d'étude.

Grâce au partenariat avec Jihua, Michelin Lifestyle, chargée de promouvoir l'entreprise par une gamme de produits dérivés, vise, « d'ici à cinq ans, 10 % de ce marché qui représente 500 millions de paires de semelles par an », indique le directeur la filiale, Christian Delhaye. « On va finalement s'adresser à de jeunes consommateurs, qui vont voir et sentir l'expertise de Michelin en se faisant plaisir avec des chaussures de sport. Et on espère qu'ils se souviendront de Michelin quand ils auront besoin d'acheter des pneus vélo, des pneus moto et puis un jour des pneus voiture », souligne le dirigeant. (AFP 26/11/14)

Alexandra Frutos