Mercedes et BMW : deux visions de la voiture électrique

Mercedes et BMW proposent tous deux des modèles électriques, mais affichent une vision très différente de l’électromobilité. Ainsi, Mercedes propose une version électrique d’un modèle existant. Il équipe ainsi d’un moteur électrique fourni par Tesla sa Classe B. Outre la motorisation, le modèle ne diffère de la Classe B « classique » que par quelques aspects esthétiques (notamment des ornements bleus sur les rétroviseurs et la calandre). Sa coopération avec Tesla dans le domaine de la motorisation électrique permet à Mercedes de diminuer ses coûts de développement, tout en bénéficiant de l’aura de pionnier technologique de Tesla. En outre, la Classe B électrique est produite sur la même ligne d’assemblage que les versions à essence et diesel. Ainsi, Mercedes n’a pas besoin de vendre un volume spécifique d’exemplaires électriques pour rentabiliser la mise en production et la création d’une nouvelle ligne d’assemblage.La solution choisie par Mercedes est donc de réduire autant que possible les risques et les coûts, d’autant que l’activité de production de véhicule électrique n’est actuellement pas rentable. Dieter Zetsche a ainsi indiqué qu’il faudrait un délai assez long pour voir un retour sur investissement grâce aux véhicules électriques, qui ne sont ? à son avis ? pas « économiquement viables » de manière indépendante à l’heure actuelle.A l’inverse, BMW commercialise l’i3, une voiture électrique spécifiquement conçue. BMW estime que créer un véhicule spécialement pour qu’il soit électrique dispose d’avantages par rapport au choix d’électrifier un modèle existant. En effet, le poids, le comportement de conduite et la taille sont ainsi parfaitement étudiés pour s’adapter à un moteur électrique. A l’inverse, la Classe B électrique pèse notamment 200 kg de plus que le même modèle en version essence.En outre, la Mercedes Classe B électrique comme la BMW i3 affichent une autonomie similaire et un prix comparable. Néanmoins, le cabinet d’analystes IHS Automotive estime que d’ici à 2020, BMW vendra deux fois plus d’i3 que Mercedes de Classe B, probablement car les acheteurs de voiture électrique veulent que les autres automobilistes remarque leur achat.Ainsi, réduire les risques et les coûts en proposant une version dérivée (et très proche) d’un modèle existant risque d’aliéner les consommateurs qui veulent un modèle électrique doté d’un design spécifique et reconnaissable.

Cindy Lavrut