Maxime Picat, un partisan convaincu de l’efficacité de la mixité en entreprise


Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM (23/4/15) lors des 7ème Rencontres de l’association Wave, le directeur général de Peugeot Maxime Picat évoque l’ouverture culturelle que lui a apporté sa mission pour le groupe en Chine, ainsi que son approche de la mixité. « La question de la génération est intéressante parce que j?ai la conviction que ma génération n’est plus misogyne. Je ne vois pas de comportements comme j?en ai connus, j?en ai vus, résolument misogynes. Mais cela ne suffit pas », indique-t-il. « Ce que je vois, ce sont des équipes, des managers convaincus qu’avoir plus de femmes dans une équipe de direction c’est bien et pour autant, le jour J alors qu’un poste est ouvert, ne pas faire le choix d’une femme. Ce que j?expérimente au quotidien, c’est que même si, consciemment, on n’a pas de blocages, il en reste des inconscients. Le profil du manager reste dans la tête de nous tous, et je me mets dedans, souvent avec des codes masculins », explique-t-il.

Les équipes de la marque Peugeot comptent désormais 30 % de femmes, mais une seule dans le comité de direction composé de 15 personnes. « Il faut continuer à pousser les managers à le faire, leur expliquer pourquoi c’est important, qu’ils aient cette conviction. Il faut être sûr qu’en N-3, N-2, il y ait le bon niveau de féminisation pour pouvoir accélérer », déclare M. Picat. Compte tenu de la situation de départ, la féminisation des niveaux hiérarchiques supérieurs prendra du temps. « On a toujours cette tentation de vouloir aller plus vite, mais je n’ai pas envie de mettre des femmes de mes équipes dans des situations de risques ou d’échecs trop importants en voulant aller trop vite », explique-t-il. « Sur mes N-2, je suis quand même passé de 10 % à 50 % en un an et demi », fait-il remarquer.

« Même si nos clients n’étaient que des hommes, il faudrait qu’on soit diversifié avec des femmes. C’est une mesure de la performance. Nous ne sommes pas là pour dupliquer dans nos équipes de management l’image de notre clientèle. C’est surtout la conviction que la complémentarité amène une meilleure performance. C’est factuel », indique-t-il, ajoutant que mettre en avant les femmes qui réussissent est l’une des meilleures manières de faire avancer cette question. C'est ce que fait chaque année l’association Wave avec le prix de la femme de l’année, décerné pour 2015 à Brigitte Courtehoux, directrice de la Business Unit Services Connectés et Mobilité de PSA. « Je suis extrêmement fier de voir que c’est Brigitte qui a obtenu le prix de la femme de l’Année, c’est un très bel exemple », déclare M. Picat.

Alexandra Frutos