Magna a un plan B si son projet d'usine en Slovénie n'aboutit pas

L'équipementier et assembleur canadien Magna International investira ailleurs en Europe si le gouvernement slovène n'approuve pas rapidement la première phase d'un projet de construction d'un site d'assemblage (voir l'analyse de presse du 20/3/17).Le projet de Magna représente un investissement de 1,2 milliard d'euros et environ 6 000 emplois. La première phase prévoit la construction d'un atelier de peinture qui créerait 400 emplois.L'achat de terrains dans le nord-est de la Slovénie n'a pas encore eu lieu et Ales Cantarutti, secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie, a indiqué jeudi dernier qu'il y avait 60 % de chances que le projet soit approuvé.« Nous travaillons sur un plan B, mais je ne peux pas en révéler les détails. La Slovénie est toujours notre priorité numéro 1 et nous espérons pouvoir avancer », a indiqué Rej Husetovic, porte-parole de Magna. (REUTERS 7/7/17)

Frédérique Payneau