M. Schröder soutient M. Piëch

Après la crise de gouvernance qui a secoué le groupe Volkswagen, des rumeurs laissent entendre que Ferdinand Piëch, président du conseil de surveillance de VW, aurait perdu de son influence (Martin Winterkorn ayant été conforté à son poste de président du directoire) et devrait être remplacé.Toutefois, Berthold Huber, l'un des six membres du comité de pilotage du conseil de surveillance de Volkswagen, a fait savoir qu'il ne voyait aucune raison au départ précipité de M. Piëch.En outre, l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a à son tour affiché son soutien à M. Piëch, louant son travail en tant que président du conseil de surveillance de Volkswagen et déclarant que l'évincer serait une erreur. (HANDELSBLATT 22/4/15)

Cindy Lavrut