Les ventes de véhicules électriques ont progressé de 18,2 % en mai

Les ventes de véhicules électriques ont progressé de 18,2 % en mai, à 1 066 immatriculations. Si la part des V.E. n’a pas atteint en mai comme en avril 1 % du marché (avec 0,75 % des immatriculations), c’est en partie le fait de l’allongement des délais de livraison. L’impact de la prime de conversion (qui va jusqu’à 10 000 euros pour les V.E.) se voit toutefois dans la forte croissance des ventes aux particuliers, tant pour la Renault Zoé que pour la Nissan Leaf, qui sont les deux principaux modèles de ce segment (75 % des volumes à eux deux). Chez Renault, près de 80 % des commandes en mai ont été faites dans le cadre de la prime de conversion, qui permet à Renault (déduction faite des 10 000 euros) de proposer une offre à 99 euros/mois tout compris (location de batterie, câbles et pose de la prise spécifique inclus). Ainsi le mois dernier, alors que les immatriculations ont progressé de 39 %, les ventes de Zoé aux particuliers ont été multipliées par 2,5, et ont représenté 75 % de ses immatriculations sur le mois (495 sur un total de 656). Face à cette forte croissance de la demande, l’ajustement de la production a entraîné un allongement des délais et « les commandes de mai sont significativement supérieures aux immatriculations », a indiqué le constructeur.

Si la Zoé représente l’essentiel des ventes de véhicules électriques avec 61 % des immatriculations, la plupart des modèles ont aussi enregistré une hausse de leurs volumes, notamment la Leaf (+ 21 %), également grâce aux particuliers avec des volumes multipliés par 3 (à 107 immatriculations) sur cette cible. Comme pour Renault, l’essentiel des immatriculations de Leaf en mai (79 %) ont été faites auprès des particuliers.

Les immatriculations des véhicules hybrides ont également augmenté, représentant pratiquement 3 % du marché (dont 0,33 % pour les hybrides rechargeables). Comme les mois précédents, les motorisations diesel ont continué de perdre du terrain (- 13,9 %), avec 59 % du marché, tandis que la hausse s’est poursuivie pour les véhicules à essence (+ 13 %), qui ont atteint un peu plus de 37 % du marché.(AUTOACTU.COM 4/6/15)

Alexandra Frutos