Les véhicules pourraient être étiquetés selon leur niveau de pollution sonore

Les députés européens ont adopté en commission un texte de compromis sur les normes d’émissions sonores des véhicules, qui demande l’instauration d’un nouvel étiquetage des modèles pour informer les consommateurs de leur niveau de bruit.

Aux termes du texte, le niveau sonore des moteurs devra diminuer de 6 dB au maximum (à 68 dB) pour les véhicules particuliers, les utilitaires légers, les autobus et les autocars. Cette limite de 68 db devra être atteinte dans les 12 ans suivant l’adoption du texte, et ce en trois phases. Deux ans après l’entrée en vigueur du règlement, les véhicules d’un nouveau type ne devront pas émettre plus de 70 db. Puis dans 4 ans, la limite se situera à 69 db pour les véhicules d’un nouveau type (dans 6 ans pour les véhicules neufs). Enfin dans 10 ans, la limite sera de 68 db pour les véhicules d’un nouveau type (dans 12 ans pour les véhicules neufs).

Le texte prévoit toutefois « une marge » pour les véhicules les plus puissants. En respectant toujours ces trois phases d’entrée en vigueur, certains véhicules, selon leurs poids et leur puissance, bénéficieront d’une marge supplémentaire allant de 1 à 9 décibels. Ainsi par exemple, pour les véhicules neufs dont le moteur présente une puissance supérieure à 250 kW, la limite à atteindre dans 12 ans sera de 77 db. Pour les camions de plus de 12 tonnes, le texte prévoit une limite de 79 db, alors que le texte initial de la Commission européenne demandait de fixer cette limite à 74 dB pour tous les camions.

Le texte négocié doit maintenant attendre son adoption définitive par le conseil des ministres début décembre. (AUTOACTU.COM 2/12/13)

Alexandra Frutos