Les stocks de véhicules en Europe continuent à augmenter

Le dernier rapport trimestriel du groupe Eurotaxglass’s sur la santé du marché automobile européen montre un gonflement continu des stocks de véhicules de plus de 200 000 unités par an depuis 2010. Ces stocks avaient atteint 4,8 millions d’unités à la fin de 2013 et ils pourraient progresser cette année de 212 000 unités, pour dépasser 5 millions d’unités. Le périmètre européen considéré par Eurotaxglass est large puisqu’il inclut notamment la Russie et la Turquie, ce qui représente un marché de 18,277 millions de véhicules en 2013 (13,28 millions sur le périmètre Acea, soit les pays de l’UE plus Islande, Norvège et Suisse).

L’an dernier les stocks européens de véhicules ont enregistré la plus forte hausse des quatre dernières années avec près de 300 000 véhicules supplémentaires (286 000 unités), résultat d’une production de 19,5 millions de véhicules, d’un solde exports-imports négatif de 1,22 million d’unités, pour une demande européenne de 18 millions d’unités.

Eurotaxglass’s avance des prévisions jusqu’en 2018 avec une poursuite de cette tendance, la production (nette des imports-exports) continuant d’excéder la demande. L’installation de capacités de production en Russie et Turquie de près de 800 000 unités d’ici à 2018, alors même que ces deux marchés sont sur une tendance baissière, est l’une des raisons de cette situation, avance le rapport.

« Ces stocks VN alimentent un marché parallèle et une des conséquences de cette situation de surstock est la réduction des écarts de prix au niveau des véhicules neufs en Europe », souligne Dominique Allain, directeur général d’Autovista, filiale française d’Eurotaxglass’s. Cet ajustement se fait par le bas et la baisse des prix VN se répercute sur les valeurs d’occasion. Ainsi, sur les 5 premiers marchés européens (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne), l’écart entre les valeurs d’occasion des véhicules de moins de 12 mois se resserre depuis janvier 2014, tendance qui va se poursuivre d’ici à janvier 2016. Après avoir fortement chuté en 2009, les valeurs résiduelles des véhicules récents sont plutôt orientées à la hausse, même si elles restent toujours inférieures à leur niveau de 2007, et le seront encore en janvier 2016, indique le rapport. (AUTOACTU.COM 17/7/14)

Alexandra Frutos