Les salariés de Smart ont huit jours pour se prononcer à titre individuel sur le retour aux 39 heures

Les quelque 800 employés de l'usine Smart de Hambach (Moselle) ont jusqu'au 18 décembre pour accepter ou non, à titre individuel, de revenir aux 39 heures payées 37. La direction espère au moins 75 % de réponses positives, mais le directeur de la communication de l'usine Jean-Yves Schmitt n'a pas voulu faire de commentaire sur ce qui se passera si ce chiffre est inférieur.

Depuis plusieurs mois, la direction essaie de faire passer le « Pacte 2020 », qui prévoit notamment un retour aux 39 heures travaillées payées 37 et une diminution du nombre de jours de RTT pour les cadres. En échange, elle s'est engagée à ne procéder à aucun licenciement économique d'ici à 2020.

Un référendum interne purement consultatif a été organisé en septembre. Sur les quelque 800 votants, 56 % se sont prononcés pour. Un chiffre qui a atteint 74 % pour les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise, mais qui et resté limité à 39 % pour les ouvriers, révélant des dissensions. Depuis, deux syndicats sur quatre, la CGT et la CFDT, représentant 53 % des salariés, ont mis le pacte en échec en faisant valoir leur droit d'opposition. Mais la direction a réagi très vite en demandant à chaque salarié de décider individuellement de son adhésion ou non, via un avenant individuel à son contrat de travail. (AFP 10/12/15)

Alexandra Frutos