Les salaires seront au coeur des négociations entre l'UAW et les constructeurs américains cet été (2/2)

Actuellement, les ouvriers qui débutent chez les General Motors, Ford et Fiat Chrysler démarrent à un salaire de 15,78 dollars de l’heure, tandis que les anciens, qui ont été embauchés avant 2007, gagnent 28,50 dollars. Le syndicat avait accepté l’introduction d’une deuxième grille salariale moins favorable pour les nouveaux embauchés en 2007, juste avant la récession, afin d’aider les constructeurs américains à endiguer leurs pertes.Cette grille de salaires plus bas a permis l’embauche de 39 150 salariés chez les trois constructeurs américains au cours des quatre dernières années. Ford a embauché plus de 15 000 ouvriers (alors qu’il s’était engagé à créer 12 000 emplois) et il a investi plus de 6,2 milliards de dollars dans ses usines américaines. Chrysler et General Motors ont embauché respectivement 15 050 et 9 100 ouvriers.Soucieux de maîtriser leurs coûts de main-d’?uvre, les trois constructeurs de Detroit pourraient brandir la menace de la délocalisation (en particulier au Mexique, où les grands constructeurs mondiaux investissent massivement depuis plusieurs années) pour contrer une demande de revalorisation des salaires de l’UAW. Selon CAR, le coût horaire de la main-d'oeuvre, avantages inclus, est de 57 dollars chez Ford, de 55 dollars chez General Motors et de 48 dollars chez FCA. A titre de comparaison, il est de 49 dollars chez Honda et de 48 dollars chez Toyota.Les trois constructeurs américains n’abordent pas les négociations sociales avec l’UAW sur le même plan. Ford affiche les coûts de main-d’?uvre les plus élevés et il ne bénéficie pas des mêmes avantages que ses deux concurrents qui se sont restructurés en 2009 dans le cadre de procédures de faillite. Depuis lors, General Motors et Fiat Chrysler peuvent employer autant d’ouvriers qu’ils veulent aux salaires les plus bas, tandis que Ford ne peut pas dépasser le seuil de 28 %. Cette année, le constructeur de Dearborn a dépassé cette limite. En conséquence, il a du faire passer plus de 800 ouvriers dans la grille de salaire supérieure depuis le mois de février. La part des ouvriers moins bien rémunérés dans les effectifs de Fiat Chrysler atteint 45 %. Elle est inférieure à 25 % chez General Motors.Pendant les pourparlers, l’UAW choisira un constructeur avec lequel il négociera les termes d’un accord qui s’appliquera dans ses grandes lignes aux trois constructeurs. Ford voudrait être retenu afin de conclure un accord qui l'aide à réduire son désavantage en termes de coûts de main-d'oeuvre.

Frédérique Payneau