Les recettes du malus ont encore progressé en mai

Les recettes collectées par le malus automobile en mai se sont élevées en mai à 27 millions d’euros pour 26 993 immatriculations, soit une moyenne de 1 001 euros par véhicule. Ainsi, malgré la forte baisse des ventes de véhicules qui y sont soumis (- 27 %, soit 9 827 unités de moins), la hausse des montants par rapport à l’an dernier a accru le rendement de cet impôt. L’an dernier, les recettes n’avaient été que de 21,15 millions d’euros. Le montant moyen a presque doublé, passant de 575 euros en mai 2013 à 1 000 euros le mois dernier.

Dans le même temps, les dépenses du bonus pour les véhicules électriques et hybrides sont restées faibles, en raison notamment de la limitation apportée aux montants accordés sur les formules de location (le bonus est plafonné sur les loyers et non sur le prix d’acquisition).

D’après les calculs d’AUTOACTU.COM (6/6/14), les dépenses du bonus sur les immatriculations du mois de mai se seraient élevées à 17,4 millions d’euros. Pour faire cette estimation, la publication a calculé le coût des bonus en appliquant aux immatriculations des véhicules électriques le bonus maximal de 6 300 euros, soit 8,5 millions d’euros en mai (940 VP et 415 VUL) et une moyenne de 2 500 euros (pour un plafond à 3 300 euros, et un minimum à 1 650 euros) pour les véhicules hybrides, soit 7,3 millions d’euros en mai (2 827 VP). A cela s’ajoute 1,3 million de bonus pour les véhicules thermiques de la tranche « 61 g à 90 g » (150 euros).
Cette configuration des recettes du malus et des dépenses du bonus ferait donc apparaître en mai un excédent de l’ordre de 10 millions d’euros, ce qui était déjà le cas au mois d’avril.

Alexandra Frutos