Les professionnels de l'automobile regrettent l'annonce de Mme Hidalgo

Les professionnels français de l'automobile ont regretté l'annonce de Mme Anne Hidalgo, maire de Paris, de vouloir mettre le diesel hors-la-loi dans Paris intra-muros d'ici à 2020, et assuré que les véhicules au gazole actuels ne polluent pas plus que les modèles à essence. "Aujourd'hui, grâce aux réglementations européennes qui sont parmi les plus sévères au monde (...) le diesel est au même niveau que l'essence" en termes d'émissions, a déclaré le directeur de la recherche et du développement chez PSA Peugeot Citroën, Gilles Le Borgne.

Ce dernier a remarqué qu'avec les normes les plus récentes "Euro 6", "on a pratiquement divisé par dix la totalité des polluants, et dans le cas des particules diesel, qui sont au coeur des discussions actuelles, on les a divisées par 600 par rapport à ce qu'elles étaient en 1992".

Le dirigeant a aussi regretté que "c'est au moment où le diesel devient aussi propre que l'essence qu'on l'attaque au maximum", et proposé que des experts indépendants vérifient ces dires. "Nous appelons de nos voeux que ce travail de transparence soit fait sous l'égide du Parlement", a ajouté M. Le Borgne, en évoquant la nécessité de "lever un certain nombre de doutes".

Le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) a de son côté dénoncé une annonce "irrationnelle", et estimé à l'unisson de PSA que "les moteurs diesel récents sont beaucoup moins polluants qu'auparavant, grâce aux progrès technologiques de toute la filière".

"Aujourd'hui, le diesel représente 62 % du parc automobile et 80 % des ventes de carburants. Compte-tenu du délai restreint pour la mise en oeuvre de cette mesure d'ici à 2020, les consommateurs vont immanquablement différer leur achat et donc lourdement perturber l'équilibre du marché", a en outre assuré le CNPA, réclamant "une réelle concertation sur le sujet".

Enfin, l'Automobile Club Association (ACA), qui revendique 760 000 membres cotisants en France, a pour sa part affirmé que "la généralisation progressive du filtre à particules (FAP) au parc diesel règlerait la question des particules en peu d'années et à des coûts inférieurs" à la mesure envisagée par Mme Hidalgo. (AFP 8/12/14)

Juliette Rodrigues