Les immatriculations de véhicules industriels ont baissé de 9,9 % sur huit mois

Les immatriculations de véhicules industriels de plus de 5 tonnes ont baissé de 9,9 % sur le huit premiers mois de 2013, à 26 616 unités. Aucune marque n’échappe à ce recul, à l’exception de Scania (+ 15,5 %, à 2 127 unités), qui bénéficie d’un effet de comparaison favorable, ses immatriculations ayant reculé de plus de 28 % l’an dernier sur la même période. Le leader Renault Trucks est en recul de 11,7 % (à 7 716 unités) tandis que son challenger Mercedes baisse de 6,5 % (à 4 568 unités) sur huit mois.

Le seul segment des véhicules de plus de 16 tonnes, qui représente le gros du marché (22 168 unités), est en retrait de 10,5 %.
La CSIAM (Chambre Syndicale Internationale de l’Automobile et du Motocycle) prévoit un marché annuel aux alentours de 41 000 unités, ce qui représenterait « seulement » 2 000 unités de moins dans un contexte économique encore peu favorable aux investissements. Les constructeurs devraient profiter en fin d’année des achats par anticipation des transporteurs souhaitant éviter le passage à la norme Euro-6 au 1er janvier 2014 et la hausse des prix qui l’accompagne (du fait du surcoût technologique).

« L’avantage accordé aux transporteurs qui s’équiperaient d’un véhicule Euro-6 sur le paiement de la taxe PL (reportée au 1er janvier) est quasi nulle, c’est pourquoi, après une période d’attentisme, les transporteurs préfèrent s’équiper en Euro-5. Chez Renault Trucks, ces achats par anticipation représentent 10 % à 15 % de nos commandes », indique Marc Martinez, président de Renault Trucks. « Les 41 000 ou 42 000 unités sont en effet atteignables dans ce contexte, mais cela dépend de nos capacités à livrer les véhicules », souligne de son côté Jean-Luc François, directeur général VI de Mercedes. (AUTOACTU.COM 13/9/13)

Alexandra Frutos