Les hybrides « conventionnels » ont le vent en poupe en Chine 2/2

Au Salon de Canton, Geely a présenté un programme de développement des véhicules verts. Le groupe chinois, qui détient Volvo, prévoit que les véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables représenteront 90 % de ses ventes annuelles d'ici à 2020.Pour atteindre cet objectif, les hybrides devraient jouer un rôle important. En effet, à l'horizon 2020, ses modèles hybrides (à la fois rechargeables et conventionnels) représenteront 65 % des ventes de véhicules verts de Geely (les électriques représentant donc les 35 % restants).Geely a également annoncé au Salon de Canton qu'il avait développé une transmission hybride (non rechargeable) destinée à des modèles compacts et de petites dimensions. Le premier modèle de série doté de cette technologie est attendu l'an prochain.Au Salon de Canton, Hyundai et Kia ont eux aussi lancé des modèles hybrides conventionnels. Les Hyundai Sonata et Kia K5 hybrides sont attendus sur le marché chinois dans le courant du premier trimestre de 2016.Toutefois, malgré ces nombreux lancements, faute d'aides à l'achat similaires à celles dont bénéficient les voitures électriques et hybrides rechargeables, les modèles hybrides conventionnels ne devraient pas connaître une croissance aussi élevée que leurs homologues « branchés ». A moyen terme cependant (d'ici 5 ans), la Chine prévoit de supprimer les aides à l'achat pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables. D'ici là, les hybrides conventionnels, qui ont l'avantage de ne pas nécessiter de bornes de recharge, pourraient devenir plus compétitifs.

Cindy Lavrut