Les grands équipementiers canadiens montrent leur appétit (1/2)

Selon les données compilées par Bloomberg, les fusions et acquisitions impliquant des équipementiers automobiles ont représenté 43 milliards de dollars depuis le début de l’année, contre 47,7 milliards sur l’ensemble de 2014. Les fournisseurs se regroupent pour réduire les coûts et élargir leur offre, alors que les constructeurs préfèrent travailler avec un nombre moins important de sous-traitants.Les deux plus gros équipementiers canadiens, Magna International et Linamar, participent à ce processus. Ils profitent de leurs solides résultats financiers engendrés par la production automobile robuste en Amérique du Nord pour racheter des entreprises, en Europe notamment.Cette année, Magna a réalisé l'acquisition la plus importante de son histoire en déboursant 1,75 milliard d’euros pour racheter l’Allemand Getrag, l’un des plus gros fabricants de boîtes de vitesses au monde qui emploie environ 13 500 salariés. Il aussi racheté des divisions de Philips & Lite-on Digital Solutions (PLDS) en Allemagne et à Taïwan, en vue de renforcer ses capacités en matière de génie électronique en Europe, et a annoncé ce mois-ci le rachat du fabricant britannique de carrosseries et de châssis Stadco Automotive, qui possède cinq usines en Europe (quatre au Royaume-Uni et une en Allemagne) et emploie 1 400 salariés.Le rachat de Getrag est en ligne avec la volonté de Magna de se renforcer dans des technologie clés et d'élargir son empreinte géographique et sa clientèle. « Nous voulons être mondial, nous voulons être un leader en matière de technologies, nous voulons être un leader en matière de compétitivité [?] et c'est un des facteurs qui ont conduit à cette acquisition », avait indiqué le patron du premier équipementier canadien Dan Walker, lors de l’annonce du rachat de l'entreprise allemande. « Nous savons quelles sont les grandes tendances - l’allègement, la réduction de la consommation et les véhicules intelligents », avait ajouté M. Walker, précisant que Magna avait identifié l’expansion de ses activités liées aux groupes motopropulseurs comme une priorité stratégique.

Frédérique Payneau