Les fournisseurs de plastique pour l'industrie automobile veulent développer leurs activités en Chine

Alors que constructeurs et équipementiers chinois commencent à mettre l’accent sur la qualité, de plus en plus de fournisseurs investissent lourdement en Chine. C’est le cas notamment pour les fournisseurs de plastique pour l’industrie automobile.

La Chine étant déjà le plus important marché automobile mondial (ce qui implique une forte demande pour les constructeurs internationaux implantés localement tels que General Motors ou Toyota) et les constructeurs chinois (notamment Geely et BYD) commençant à exporter leurs modèles, l’industrie automobile chinoise a de plus en plus besoin de composants ? en plastique notamment ? répondant aux normes de qualité internationales.

Ainsi, l’équipementier Faurecia, a réalisé près de 10 % de ses ventes mondiales en Chine. Son chiffre d’affaires dans le pays s’est établi à 12 milliards de yuans (soit environ 1,6 milliard d’euros, sur un chiffre d’affaires total de 17,5 milliards d’euros en 2012). Bien que ne représentant encore qu’un faible pourcentage de ses ventes mondiales, son chiffre d’affaires en Chine a progressé de 25 % l’an dernier et devrait plus que doubler, à 27 milliards de yuans d’ici à 2016. Ses principaux clients en Chine (à plus de 90 %) sont des constructeurs internationaux implantés dans le pays, mais la part des commandes réalisées par des constructeurs chinois devrait ? à moyen terme - s’établir à 20 % de ses ventes en Chine.

Afin de se développer sur le marché chinois, Faurecia a donc annoncé en avril (lors du Salon de Shanghai) la création d’une coentreprise avec Changan Automobile Group. Leur société conjointe va produire des composants d’intérieurs de véhicules dans les usines de Shenzhen et Hangzhou.

Par ailleurs, Johanes Roters, responsable de la division Automotive Experience en Chine au sein du groupe Johnson Controls, estime que l’industrie automobile chinoise est en train de rattraper ses concurrents internationaux en termes d’avancées technologiques. Désormais, les équipementiers internationaux implantés en Chine doivent donc satisfaire aux mêmes normes que dans les marchés matures.

De son côté, le fabricant de réservoirs Inergy Automotive Systems prévoit d’importants investissements en Chine, notamment pour fournir le Chinois Geely. L’équipementier, qui a ouvert deux usines dans le pays en 2007 et 2011, compte ouvrir deux sites supplémentaires en Chine cette année, puis une cinquième usine à Ningbo l’an prochain. Dans cette usine, Inergy produira ses réservoirs selon la technique de moulage par soufflage, la même que celle employée aux Etats-Unis. Selon l’équipementier, 70 % des véhicules produits en Chine seront dotés de réservoirs en plastique d’ici à 2020, contre 50 % actuellement. Aux Etats-Unis et en Europe de l’Ouest, 90 % des véhicules sont équipés de ce type de réservoirs.

Par ailleurs, Plastic Omnium, maison mère d’Inergy, prévoit d’ouvrir 7 nouvelles usines en Chine (en incluant les trois nouveaux sites d’Inergy) au cours des deux prochaines années. Elles s’ajouteront aux 13 usines dont dispose déjà Plastic Omnium en Chine. L’équipementier français a réalisé près de 10 % de son chiffre d’affaires en Chine l’an dernier et ce pourcentage est appelé à augmenter dans les années à venir. En 2012, sur 98 programmes de développement pour l’industrie automobile mis en place par Plastic Omnium, 30 ont été mis en place en Chine.

Cindy Lavrut