Les fabricants coréens de batteries mettent le cap sur la Chine

Les fabricants coréens de batteries ciblent la Chine, où les problèmes aigus de pollution atmosphérique ouvrent des perspectives prometteuses pour la mobilité électrique. Le gouvernement chinois, en quête de solutions, s’est en effet en partie tourné vers les véhicules électriques, et le pays devrait devenir le premier marché au monde pour ces véhicules d’ici à la fin de la décennie. Le ministre chinois des Finances a annoncé début février la prorogation d’un programme d’aides à l’achat de véhicules électriques, qui devait expirer l’an prochain. Ces aides visaient à porter le nombre de véhicules en circulation sur les routes chinoises à 500 000 unités à l’horizon 2015 et à 5 millions d’unités à l’horizon 2020.

Parmi les fabricants coréens de batteries pour véhicules électriques, SK Innovation est en tête dans la course pour pénétrer le marché chinois. En juillet 2013, il a finalisé un accord pour établir une coentreprise avec Beijing Automotive Industries Holdings et Beijing Electronics Holdings. La société conjointe, Beijing Besk Technology, a démarré la construction d’une usine qui pourra produire des batteries pour 10 000 véhicules dans un premier temps, puis pour 20 000 véhicules d’ici à 2017. SK Innovation a également lancé en janvier 2013 une autre coentreprise établie avec l’équipementier allemand Continental, SK Continental E-motion Pte. Il espère, grâce à de tels partenariats, devenir un grand fournisseur mondial de batteries pour les véhicules électriques. En Corée du Sud, l’entreprise accroît les capacités de ses deux usines, situées à Seosan et à Daejeon.

SK Innovation est suivi en Chine par Samsung SDI. Ce dernier a conclu au début du mois de janvier un accord préliminaire avec Anqing Ring New Group et la province du Shanxi, dans le Nord de la Chine, pour établir une coentreprise d’ici au mois d’avril. Les partenaires prévoient de commencer à produire des batteries dans une nouvelle usine en 2015 et d’investir ensemble 600 millions de dollars au total au cours des cinq prochaines années. Le fabricant coréen, qui a renforcé sa présence sur le marché mondial en fournissant des batteries pour la BMW i3 et la Fiat 500e, espère ainsi s’arroger une part plus importante du gâteau chinois.

LG Chem, qui domine aujourd’hui le marché coréen des batteries pour les véhicules électriques, est à la traîne sur ses concurrents plus petits, mais il envisage aussi de construire une usine de batteries en Chine, a indiqué un dirigeant de l’entreprise sous le couvert de l’anonymat. « Le site de l’usine dépendra de l’entreprise avec laquelle nous signerons un accord pour la fourniture de batteries », a-t-il ajouté. LG Chem livre depuis la fin 2010 des batteries lithium-ion-polymère à Changan, le troisième plus grand constructeur chinois. Le groupe coréen fabrique des batteries pour les téléphones portables à Nanjing, mais il n’a pas de site de production de batteries pour les véhicules électriques en Chine. Il fabrique des batteries pour ces véhicules dans son usine d’Ochang, en Corée du Sud, et dans une usine située dans le Michigan, aux Etats-Unis.

Frédérique Payneau