Les équipementiers renforcent leur présence en Bulgarie

Le développement de l’industrie équipementière sur son sol est porteur d’espoir pour la Bulgarie, le pays le plus pauvre de l’Union européenne, qui est en quête de nouveaux investissements étrangers après l’éclatement de la bulle immobilière pendant la crise financière de 2009. Till Truckenmueller, président de l'organisation professionnelle Automotive Cluster Bulgaria se réjouit de cette évolution. De grands acteurs de l’industrie automobile ont décidé au cours des dernières années d’ouvrir des usines en Bulgarie, rappelle-t-il. Le constructeur chinois Great Wall a ouvert sa première usine européenne dans le pays en 2012 et, selon les dirigeants bulgares, les exportations du secteur automobile ont doublé au cours des cinq dernières années.

La Bulgarie n’attirera peut-être pas de grand constructeur automobile avant plusieurs années, car des problèmes structurels touchant à la bureaucratie, aux infrastructures et à la formation - auxquels le gouvernement s'efforce toutefois de remédier - dissuadent les entreprises de s’implanter. Un nombre croissant de fournisseurs sont cependant séduits par la situation du pays, ses taxes et coûts de main-d’?uvre peu élevés et sa monnaie arrimée à l’euro. De nombreux équipementiers envisagent de s’implanter en Bulgarie ou d’y développer leurs activités.

La filiale bulgare de l’équipementier allemand Witte déménagera cette année dans une usine plus grande. Elle prévoit de doubler ses effectifs, à 260 personnes environ, et compte réaliser un chiffre d’affaires supérieur à 25 millions d’euros en 2014 alors que ses ventes n’atteignaient pas un million d’euros en 2010. L’équipementier français Montupet a construit récemment une deuxième unité de production dans le pays, et Johnson Controls emploie plus de 500 ingénieurs à Sofia qui conçoivent des tableaux de bord et des systèmes d’infodivertissement. Des fournisseurs mondiaux, comme le Canadien Magna, les Japonais Yazaki et Sumitomo Electric ou encore l'Américain Sensata, se sont tous implantés en Bulgarie.

« Nous cherchons à attirer un grand constructeur. Si nous parvenons à en convaincre un, c’est sûr l’industrie automobile ici va exploser », assure M. Truckenmueller.

Frédérique Payneau