Les équipementiers français poursuivent leur expansion en Chine (1/2)

Les équipementiers français poursuivent méthodiquement leur expansion en Chine. Les grands acteurs du marché français sont désormais bien implantés dans l’Empire du Milieu et comptent renforcer leurs positions, pour profiter au mieux des perspectives offertes par le marché chinois.

Faurecia, notamment, « prévoit de croître deux fois plus vite que le marché pour atteindre un chiffre d’affaires total supérieur à 4 milliards d’euros d’ici à 2018, par rapport aux 2,3 milliards d’euros visés pour cette année », a indiqué l’équipementier dans un communiqué à l’occasion d’une « journée investisseurs » organisée début novembre à Shanghaï. « Cet objectif sera atteint avec une stratégie de croissance continue avec les constructeurs d’automobiles internationaux et de renforcement des relations avec les constructeurs chinois », a-t-il ajouté. La filiale de PSA Peugeot Citroën a aussi confirmé « sa stratégie et ses objectifs à moyen terme » exposés en 2013, avec à l’horizon 2016 un chiffre d’affaires « supérieur à 21 milliards d’euros », contre 18 milliards en 2013, « une marge opérationnelle comprise entre 4,5 % et 5 % » et une trésorerie nette d’environ 300 millions d’euros. « La stratégie du groupe reste concentrée sur une croissance soutenue de 5 % par an, tirée par une accélération en Asie [et] le développement de technologies créatrices de valeur » comme la réduction des consommations, le contrôle des émissions et la vie à bord, a encore indiqué Faurecia. Présent depuis 20 ans en Chine, Faurecia y possède 38 usines et quatre centres de recherche et développement employant 800 ingénieurs. L’entreprise s’est engagée à investir 400 millions d’euros dans les cinq ans à venir, avec un objectif de « 55 usines et plus de 1 200 ingénieurs de R&D dans le pays » en 2019.

Alexandra Frutos