Les émissions de CO2 des utilitaires doivent encore baisser

D’après le rapport de l'Agence Européenne de l'Energie (EEA), les émissions moyennes de CO2 des véhicules utilitaires légers neufs vendus en Europe en 2012 se sont établies à 180,3 g/km. Ce chiffre masque de grandes disparités par pays. En France, où 228 344 VUL neufs ont été immatriculés l’an dernier, cette moyenne est de 170 g/km, soit bien en deçà de celle observée en Allemagne (195 g/km) ou au Royaume-Uni (186 g/km). Parmi les grands marchés pour les VUL, seule l'Italie fait mieux que l’Hexagone, avec une moyenne de 168 g/km.

Sans tenir compte des volumes de ventes, le pays où les utilitaires neufs émettent le moins est Chypre (141 g/km), et le plus la Slovaquie (201 g/km).

A partir de 2017, les émissions moyennes des VUL vendus en Europe devront se fixer à 175 g/km, puis à 147 g/km à compter de 2020. A ce sujet, l'ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles) a déclaré en mai que « l'objectif de 2020 [était] extrêmement ambitieux, tandis que des études indépendantes montrent qu'il ne sera accessible qu'au moyen de technologies 100 % hybrides ».

Or, très peu de technologies hybrides sont proposées sur les VUL. Seul Iveco propose un tel mode de propulsion, mais les chiffres de ventes demeurent confidentiels. En France, parmi les moteurs alternatifs disponibles, seul l'électrique parvient à percer quelque peu : le Renault Kangoo Z.E. est de loin l'utilitaire « propre » le plus vendu, avec 2 863 immatriculations enregistrées l'an dernier. (LARGUS.FR 20/6/13)

Alexandra Frutos