Les directeurs commerciaux commentent le marché français

Commentant le marché français des voitures neuves, qui a progressé de 8,9 % en mars, à 179 871 unités (cf. revue de presse du 1er avril), le directeur commercial France de Renault Bernard Cambier explique que le groupe a « fait d’excellentes opérations portes ouvertes avec une dynamique sur tous les modèles » et que « le thème des reprises a très bien marché ». Renault, dont les ventes ont progressé de 14 % en mars, à 37 221 unités (20,7 % de part de marché), a notamment bénéficié du succès du Captur, qui a représenté 6 000 immatriculations le mois le mois dernier (55 000 depuis son lancement). « Le Captur commence à se voir et l’effet visibilité du parc est la meilleure des publicités. Cela provoque un effet d’entrainement, ce qui est typiquement le cas de Captur », se félicite M. Cambier, qui estime à 50 000 unités en France ce seuil de visibilité.

A ces bons chiffres d’immatriculations s’ajoute un niveau de prises de commandes encore plus élevé. « Nous nous attendions à une bonne performance de Renault, mais pas aussi importante sur le marché des commandes », souligne M. Cambier. Le dirigeant annonce une croissance de ses prises de commandes (VP et VUL) de 20 % en mars, essentiellement tirée par le canal des particuliers, les commandes sur cette cible progressant de 55 % (Renault et Dacia). En conséquence, le constructeur a accru son portefeuille, supérieur de 8 % à ce qu’il était fin mars 2013.

La marque Peugeot a confirmé en mars les bonnes performances enregistrées depuis le début de l’année avec une croissance de ses volumes de 16,4 % (à 30 136 unités) et une part de marché sur le mois (16,75 %) conforme au niveau du premier trimestre (17 %). Comme chez Renault, cette performance de Peugeot a été tirée par le canal des particuliers, sur lequel la marque a progressé de 27,3 %. « Nous faisons la meilleure part de marché sur le trimestre depuis 3 ans », se félicite Xavier Duchemin, directeur du commerce France de Peugeot, qui vise ce niveau de 17 % sur l’ensemble de l’année.

Outre une campagne promotionnelle « TVA offerte », qui a animé les journées portes ouvertes (et qui sera prolongée en avril), le dirigeant met en avant l’effet « Voiture de l’année » pour expliquer la dynamique de la marque. « Nous avons vraiment eu un regain d’attrait sur 308 avec le prix voiture de l’année qui est un bel argument pour les vendeurs », explique-t-il.

M. Duchemin annonce également une bonne dynamique des prises de commandes avec une croissance de 20 % (VP et VUL) sur le mois de mars, et en conséquence un portefeuille en hausse autour de 8 %.

Malgré une hausse de ses volumes en mars supérieure au marché (+ 13,5 %, à 22 209 unités) comparable à celle de Renault et Peugeot, la croissance de Citroën n’a pas ramené la marque à son niveau de performance habituel. Les chiffres sont en effet comparés à une base 2013 très faible (liée à l’époque à la baisse des volumes de la C3), à 11,85 % de parts de marché. « Côté VP, nous avons bénéficié du dynamisme de la nouvelle C3 et de la très bonne tenue des ventes à la fois du C3 Picasso et du nouveau C4 Picasso », souligne toutefois Philippe Narbeburu, directeur commerce France de Citroën.

La dynamique pour Citroën devrait venir à partir du second semestre avec le lancement en juin de la nouvelle C1 et surtout du C4 Cactus. « C4 Cactus est un véhicule plein de promesses, très bien accueilli par la presse et le réseau, qui s’approvisionne à bon niveau. Nous avons déjà enregistré des commandes clients avant même le lancement », indique M. Narbeburu. « Notre offre va s’étoffer, au second semestre il faudra compter avec nous », prévient-il. Sur le premier trimestre, c’est sur le marché des VUL que la marque a réalisé sa meilleure performance, avec des volumes en hausse de 20 % en mars (sur un marché à + 1,6 %), ce qui lui a permis de devancer Peugeot. Le dirigeant annonce un niveau de commandes soutenu avec un portefeuille (VP et VUL) en hausse de 16 %. (JOURNALAUTO.COM 1/4/14, AUTOACTU.COM, FIGARO 2/4/14)

Alexandra Frutos