Les défis que devront relever les BRICS en 2014

Les cinq pays du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) vont devoir relever trois défis essentiels en 2014, alors que plusieurs d'entre eux connaîtront des échéances politiques importantes : élection présidentielle en Afrique du Sud au printemps, et au Brésil en octobre, élections législatives en Inde en avril.

Premier défi : répondre aux demandes pressantes des nouvelles classes moyennes qui, par millions, découvrent le monde de la consommation. Ainsi, 30 millions de personnes au moins au Brésil, entre 100 et 380 millions en Chine, selon les critères retenus, ont accédé dans les dix dernières années au rang de consommateurs de biens et services « standards ». Ces pays doivent également repenser leurs infrastructures urbaines afin d'accompagner les usagers de plus en plus nombreux. Les cinq BRICS regroupent en effet quelques-unes des plus grandes conurbations du monde : Bombay, 22 millions d'habitants ; São Paulo, 21 millions ; Pékin, 20,6 millions ; Shanghai, 19,9 millions ; Moscou, 14,8 millions et Johannesburg-Pretoria, 12,8 millions.

Deuxième défi, celui des politiques publiques, qui doivent encore progresser dans la lutte contre la corruption, même si tous les BRICS ont lancé de réelles opérations tendant à éradiquer ces pratiques. Autre urgence des politiques publiques : l'effort d'éducation. Il a plutôt régressé en Russie, tandis qu'en Inde apparaissent des signes inquiétants d'insuffisance de jeunes diplômés dans certains secteurs. Sans parler du Brésil, qui en manque drastiquement, ce que déplorent toutes les entreprises locales. Troisième point d'attention sur le chapitre des politiques publiques : le maintien d'un bon ratio de dette/PIB. Ces ratios (d'environ 70 % en Inde, de 60 % au Brésil, de 40 % en Afrique du Sud, de 30 % en Chine et de 10 % en Russie) sont nettement meilleurs que dans nos économies occidentale, mais l'essoufflement attendu de la croissance du PIB et les ponctions fiscales risquent d'affecter les finances publiques dans ces zones.

Enfin, troisième défi, celui de la crédibilité du groupe des BRICS. Certes, ils font du principe de souveraineté nationale la pierre angulaire de leurs engagements géopolitiques, mais ils restent divisés sur plusieurs sujets importants, notamment la gouvernance des institutions multilatérales.

Juliette Rodrigues