Les constructeurs internationaux expriment leur inquiétude vis-à-vis de la crise en Ukraine

A l’occasion du Salon de Genève, plusieurs constructeurs internationaux ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis de la crise en Ukraine, craignant qu’elle puisse avoir des conséquences négatives sur le marché russe.

En effet, la Russie est un marché important pour les constructeurs d'automobiles, avec 2,78 millions de véhicules écoulés dans le pays l'an dernier.

« La situation est particulièrement volatile et nous la surveillons de près » a déclaré Stephen Oddell, patron de Ford Europe. Ford dispose d'une usine à Saint-Pétersbourg.

General Motors, également implanté à Saint-Pétersbourg, s'est lui aussi montré inquiet, comme l'a souligné son numéro deux, Dan Ammann.

Toutefois, Renault s'est dit moins inquiet que ses concurrents, précisant que son taux de localisation en Russie était de 80 à 85 %, limitant ainsi les risques de change qui pourraient découler de la crise en Ukraine.

Dieter Zetsche, président de Daimler, a indiqué qu'il observait attentivement le développement de la situation ukrainienne, de même que Norbert Reithofer, président de BMW et Karl-Thomas Neumann, patron d'Opel.

Matthias Wissmann, président du VDA (association de l'industrie automobile allemande) a dit craindre que les tensions en Ukraine ne puissent menacer la reprise sur le marché européen. (AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, AUTOMOBILWOCHE 4/3/14)

Cindy Lavrut