Les constructeurs demandent du temps à la Commission européenne

Les constructeurs d’automobiles européens ont demandé à la Commission européenne de ne pas réagir de façon précipitée après la révélation du scandale lié à la manipulation des tests des émissions polluantes des véhicules diesel de Volkswagen. D’après l’Acea (Association européenne des constructeurs d’automobiles), l'industrie a besoin de temps, au moins jusqu'à 2019, pour se conformer aux nouvelles règles en matière d'émissions polluantes.

La révélation du scandale Volkswagen a incité la Commission européenne à annoncer une révision en profondeur de son cadre législatif. Elle souhaite également un durcissement des règles entourant les procédures de tests. Dans un courrier daté du 29 septembre, les constructeurs se disent prêts à se conformer à un durcissement des tests, tout en réclamant du temps pour s'adapter. « Il faut éviter les mesures susceptibles de fragiliser la compétitivité de notre secteur, qui représente 12,1 millions d'emplois en Europe », indique la lettre signée par Carlos Ghosn, président de l'Acea.

Le courrier rejette par ailleurs les insinuations selon lesquelles tous les membres de l'Acea seraient impliqués dans un système de fraude de grande ampleur et rappelle qu'ils se sont investis massivement pour améliorer les moteurs diesel, afin que l'Union européenne soit en mesure d'atteindre ses objectifs en matière d'émissions de dioxyde de carbone. (REUTERS 2/10/15)

Alexandra Frutos