Les constructeurs d'automobiles chinois visent les pays émergents 2/2

Chery n'est pas le seul constructeur chinois à vouloir s'implanter dans les pays émergents et particulièrement au Brésil.

Ainsi, JAC produira des véhicules dans ce pays à partir de 2015. Il a pour cela investi près de 430 millions d’euros, ce qui lui permettra de disposer de capacités de production au Brésil de 100 000 véhicules par an.

De son côté, Geely a commencé à tester la demande sur le marché brésilien en y commercialisant ses modèles Emgrand EC7 et Gleagle GC2. Il prévoit ensuite de construire une usine au Brésil, bien qu’il dispose déjà d’une usine en Uruguay, qui lui permet d’exporter des véhicules vers le Brésil et l’Argentine.

En outre, Beiqi Foton a signé un accord avec le gouvernement de l’Etat brésilien de Bahia portant sur un investissement d’environ 230 millions d’euros pour construire une usine à Camaari. Ce site devrait afficher des capacités de production de 30 000 véhicules utilitaires légers et monospaces d’ici à 2017. De plus, Beiqi Foton va également investir environ 83 millions d’euros pour une usine près de Rio, qui pourra produire 20 000 camions par an d’ici à 2018.

Lifan compte lui aussi construire une usine au Brésil qui pourra ? dans trois ans ? produire 300 000 véhicules par an.

Par ailleurs, FAW de son côté a signé fin 2015 un accord pour monter des véhicules en Algérie à partir de collections importées de Chine. Ce site pourra monter 10 000 véhicules par an.

Enfin, Great Wall est présent en Bulgarie depuis 2012, mais son site de production fonctionne au ralenti.

Cindy Lavrut