Les constructeurs allemands sont de plus en plus dépendants du marché chinois 1/2

La Chine est le premier marché mondial en termes de ventes de véhicules neufs (avec un volume prévu à 17,1 millions d’unités sur l’ensemble de 2013), devant les Etats-Unis et l’Europe. Au mois d’octobre notamment, 1,25 million de voitures particulières neuves ont été vendues en Chine, contre 1,2 million aux Etats-Unis et 1,0 million en Europe.

En outre, alors que 15 % du total des voitures neuves vendues dans le monde en 2009 l’avaient été en Chine, la part des voitures vendues dans ce pays devrait représenter 23 % des ventes mondiales de voitures neuves en 2014. A l’inverse, la part des voitures neuves vendues en Europe devrait passer de 25 % des ventes mondiales en 2009 à 16 % des ventes mondiales en 2014.

Les constructeurs allemands développent donc leurs activités en Chine, où ils vendent désormais plus de véhicules qu’en Allemagne. En effet, la Chine est déjà le premier débouché des marques Volkswagen, Audi et BMW, et devrait le devenir pour Mercedes et Porsche dans les années à venir.

Le groupe Volkswagen notamment vend un tiers de ses véhicules neufs sur le marché chinois. Son expansion en Chine est un enjeu capital pour atteindre son objectif de devenir le premier constructeur mondial devant Toyota et General Motors. Avec ses partenaires FAW et SAIC, le groupe allemand va investir près de 18,2 millions d’euros en Chine sur la période 2014-2018. Daimler va pour sa part investir 2 milliards d’euros d’ici à 2015, afin de doubler ses capacités de production dans le pays.

Cindy Lavrut