Les constructeurs allemands se servent de leurs filiales « hautes performances » pour renforcer leur compétitivité 1/2

Les constructeurs allemands Audi, BMW et Mercedes sont en compétition afin de devenir numéro 1 sur le segment du haut de gamme, non seulement en termes de ventes, mais aussi en termes d’avancées technologiques. Dans ce domaine, les trois rivaux se servent de leurs filiales hautes performances (RS et Quattro pour Audi, M pour BMW et AMG pour Mercedes) pour produire des voitures plus rapides, plus puissantes et à la pointe de la technologie.

Les modèles lancés par les sous-marques RS, Quattro, M et AMG sont généralement des variantes de voitures existantes au sein des marques Audi, BMW et Mercedes, ce qui permet de réduire une partie des coûts de production et de développement, et à l’inverse de consacrer des montants plus importants à l’ingénierie de pointe et aux innovations technologiques.

De ce fait, les modèles RS, Quattro, M et AMG sont proposés à des tarifs nettement plus élevés. En effet, les acheteurs de ces modèles à hautes performances déboursent en moyenne 100 000 à 150 000 euros. Les constructeurs peuvent ainsi dégager des marges substantielles, même si les volumes de ventes réalisés par ces filiales restent plus confidentiels. Les ventes cumulées des sous-marques RS, Quattro, M et AMG devraient ainsi s’établir à 70 000 unités sur l’ensemble de 2013.

Ces filiales ont généralement un lien historique avec le sport automobile. Ainsi, la marque M avait été à l’origine créée comme une division spécialement dédiée au sport. En outre, les filiales « hautes performances » d’Audi, BMW et Mercedes concourent en DTM (Deutsche Tourenwagen-Masters), le championnat allemand de voitures de tourisme.

Cindy Lavrut