Les constructeurs allemands misent sur le « Made in Germany » 2/2

De son côté, Volkswagen a titularisé 5 300 salariés intérimaires ou en CDD l’an dernier. Malgré la crise, entre 2009 et 2013, les effectifs du groupe ont augmenté de plus de 82 000 personnes (dont « seulement » 18 000 proviennent de la fusion avec Porsche). En 4 ans, la production de Volkswagen en Allemagne a augmenté de 500 000 unités, à 2,45 millions d’unités.

En 2013, Volkswagen a produit 25 % de ses véhicules en Allemagne alors qu’il ne réalise que 12 % de ses ventes dans le pays. Toutefois, il ne produit que du haut de gamme en Allemagne. Les petits modèles (Polo et Up) sont produits en Espagne et en Slovaquie.

Par ailleurs, Audi va consacrer 50 % des investissements de 22 milliards qu’il prévoit de réaliser sur la période 2014-2018 dans ses usines allemandes de Neckarsulm et Ingolstadt. Porsche pour sa part produit la totalité de ses véhicules en Allemagne.

En Allemagne, le coût du travail étant élevé, il est important ? pour que les constructeurs maintiennent leur production dans le pays ? que les usines mettent l’accent sur la formation et la qualité. En termes de formation, l’Allemagne a depuis longtemps mis en place des programmes d’apprentissage. Ainsi, les salariés allemands sont très qualifiés et disposent d’un savoir-faire, qui représente un réel avantage compétitif. En effet, le niveau de qualification dont disposent les salariés allemands est long à acquérir lorsqu’un constructeur s’implante dans un pays étranger.

Enfin, les constructeurs allemands contribuent également à maintenir des emplois en Allemagne en achetant une grande partie de leurs composants dans le pays. Par exemple, BMW achète 47 % de ses composants en Allemagne, 19 % en Europe occidentale (hors Allemagne) et 17 % en Europe de l’Est.

Cindy Lavrut