Les bornes DBT-CEV pour voitures électriques s'imposent en Europe

Entre 2012 et 2013, le chiffre d'affaires de la société DBT, dont les comptes se clôturent au 30 juin, devrait passer de 7,5 à 20 millions d'euros. Créée il y a un an, après avoir obtenu un partenariat avec Nissan pour un déploiement à grande échelle de bornes à charge rapide à travers toute l'Europe, sa filiale DBT-CEV, dédiée aux recharges de voitures électriques, réalise déjà 75 % du chiffre d'affaires du groupe. « Depuis mars 2013, 650 bornes de recharge rapide fonctionnent en Europe, parmi lesquelles 400 sont sorties de nos ateliers. Et les nôtres sont les seules à convenir à toutes les marques de voitures, y compris les Renault. Leurs connecteurs répondent à la norme japonaise CHAdeMo ainsi qu'à l'allemande Combo», explique Hervé Borgoltz, président de DBT.

Sur l'ensemble des 27 pays de l'Union européenne, 15 ont choisi des bornes rapides DBT de nouvelle génération qui permettent de charger les batteries en moins de 20 minutes. « Les conducteurs arrivent ainsi à utiliser leur voiture électrique comme tout autre véhicule classique », souligne M. Borgoltz.

Afin de répondre à l'ensemble des besoins, DBT-CEV propose plusieurs gammes en complément de celles des bornes à charge rapide, avec des modèles à charge lente à installer au domicile et d'autres pour les milieux urbains.
Aujourd'hui, son usine de Lambres-Lez-Douai (Nord) assemble 200 chargeurs par mois et dispose d'une capacité mensuelle de 200 bornes rapides et de 500 à charge lente.

L’entreprise travaille par ailleurs sur un projet de recherche coopératif européen (Fastincharge) qu'il coordonne avec l'objectif d'expérimenter à Douai des solutions de charge rapide par induction. En projet également, une prochaine levée de fonds de plus de dix millions d'euros et éventuellement une entrée en bourse. (LATRIBUNE.FR 15/4/13)

Alexandra Frutos