Les berlines compactes ne font plus autant recette en Europe

Les berlines compactes ne font plus autant recette en Europe. Cette silhouette, autrefois reine du marché européen, décline d'année en année, et ce à un rythme plus rapide que la baisse des ventes de voitures en Europe. Depuis 2007, le marché pour ces berlines polyvalentes a chuté de 37 % sur le Vieux Continent, selon des données collectées par IHS, contre 23 % pour l'ensemble du segment C. Dans le même temps, le marché automobile européen a reculé de 22 %.


Les berlines classiques sont concurrencées de toutes parts par de nouvelles silhouettes. Il y a d'abord eu les monospaces dans les années 1990, puis les SUV, avec l'arrivée du Nissan Qashquai et de ses concurrents. Les récents renouvellements de l'Audi A3 et de la Classe A dans le haut de gamme ont aussi attiré une partie de la clientèle du segment C généraliste. Les véhicules métis urbains (Renault Captur, Peugeot 2008, Nissan Juke) ont aussi grignoté ce marché. Récemment, une nouvelle silhouette est encore venue diversifier le segment : celle de la Golf Sportsvan, un modèle légèrement surélevé, au croisement d'un break et d'un monospace. « C'est l'une des évolutions possibles de la berline. Cela répond bien aux besoins en Europe de l'Ouest, où la population a tendance à vieillir », estime Carlos Da Silva, analyste chez IHS.

Cette diversification complique l'équation économique des constructeurs, car le segment C est traditionnellement le plus gros contributeur à leur résultat économique. « C'est généralement dans le c’ur de gamme que les constructeurs optimisent leur rentabilité. C'est là qu'ils ont le meilleur rapport entre les marges et les volumes, contrairement au segment B, où les marges sont faibles, ou au haut de gamme, où les volumes sont faibles », explique un analyste. Mais « les marges peuvent être bonnes sur les véhicules de diversification, à condition qu'ils partagent les mêmes plateformes et moteurs et que les coûts marketing et commerciaux pour le lancement soient maîtrisés », tempère Gareth Hession, responsable de la recherche chez Jato. (ECHOS 3/9/14)

Alexandra Frutos