Les aides gouvernementales pour promouvoir les véhicules verts en Chine n'ont pas eu les résultats attendus (1/2)

Malgré les efforts du gouvernement chinois afin de promouvoir les véhicules verts, les ventes de ce type de véhicules n’ont pas connu la croissance espérée dans le pays. En 2009, le gouvernement chinois a mis en place un programme de subventions pour les véhicules hybrides et électriques dans 25 villes pilotes (dont Pékin, Shanghaï, Chongqing, Hangzhou et Shenzhen).

A l’horizon 2012, les ventes de véhicules verts dans ces 25 villes auraient ainsi dû atteindre 53 000 unités, selon les estimations des autorités. En réalité, seuls 27 432 véhicules hybrides et électriques ont été vendus dans les 25 villes pilotes. De plus, sur ces quelque 27 000 véhicules, seuls 4 400 ont été achetés par des particuliers, le reste ayant été acquis par des flottes publiques.

Toutefois, les aides gouvernementales ne sont pas limitées à celles mises en place dans ces 25 villes pilotes. En mai 2010, le gouvernement a appliqué une nouvelle politique visant à promouvoir l’usage des véhicules électriques et hybrides par les particuliers. Une aide proportionnelle à la capacité des batteries des véhicules (de 3 000 yuans par kWh) permettait ainsi aux acheteurs de véhicules hybrides rechargeables et 100 % électriques de bénéficier d’une prime pouvant se chiffrer à 50 000 yuans (environ 6 300 euros) et 60 000 yuans (7 550 euros), respectivement.

Outre ces aides mises en place à l’échelle nationale, les gouvernements locaux des villes pilotes ont mis en place leurs propres politiques de promotion de l’électromobilité. En outre, les ministères à l’origine de ces aides ont décidé de prolonger leur application durant trois ans (jusqu’en 2015).

Cindy Lavrut