Les Philippines veulent reproduire le succès de la Thaïlande dans le secteur automobile

Les Philippines vont lancer cette année un programme stratégique visant à développer la production automobile dans le pays. Baptisé "CARS" (Comprehensive Automotive Resurgence Strategy), le programme portera notamment sur des allégements fiscaux destinés à attirer les grands constructeurs étrangers, tels que Volkswagen. Le gouvernement philippin cherche à reproduire le succès de la Thaïlande, devenue la plaque tournante de la production automobile dans la région. "Les Philippines disposent d'une main d'?uvre jeune et nous connaissons notre plus forte croissance économique depuis les années cinquante", indique Benigno Aquino, Président des Philippines. M. Aquino, qui achèvera son mandat en juin 2016, veut accélérer les investissements dans les routes et les aéroports notamment. Le budget consacré à ces secteurs atteindra cette année un montant record.

"Le soutien du gouvernement est un facteur déterminant dans nos décisions d'investissement et d'expansion", a déclaré Rommel Gutierrez, porte-parole de Toyota à Manille. "Un programme d'incitations serait aussi bénéfique pour le gouvernement que pour le secteur privé", a-t-il ajouté. Aux termes de ce programme, les constructeurs devront satisfaire à des volumes de production minimum pour être éligibles aux incitations, a expliqué Gregory Domingo, secrétaire d'Etat au Commerce, refusant de préciser les volumes exacts car les détails du programme sont encore en discussion au sein du gouvernement. En novembre dernier, les autorités philippines avaient évoqué un volume potentiel de 40 000 véhicules complets par an.

L'amélioration des infrastructures fait partie intégrante du projet de développement de l'industrie automobile locale. "Si on veut faire des Philippines une base de production et d'exportation, on doit se doter de routes et de ports de qualité. Cela va de pair avec les incitations fiscales", indiquent les analystes de la filiale locale de Barclays.

"Nous ne pouvons pas concurrencer directement la Thaïlande, qui est jusqu'à présent la locomotive de l'Asie du Sud-Est en termes de production automobile. Mais nous devons trouver un créneau, une niche, qui nous serait spécifique et qu'on ne trouverait pas en Thaïlande", a déclaré Gregory Domingo. "Concrètement, nous cherchons un constructeur qui produirait en masse dans notre pays un modèle régional, qui ne serait pas fabriqué en Thaïlande".

L'industrie des Philippines s'est diversifiée ces dernières années dans les dispositifs médicaux, les pièces pour avions, les motos et les plateformes pétrolières et gazières. Mais le pays manque de produits "intermédiaires, tels que les voitures", a ajouté M. Domingo.

Les entreprises japonaises sont très intéressées par le projet "CARS" des Philippines, a de son coté indiqué Akio Mimura, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Japon. "Nous voulons des acteurs sérieux qui souhaitent installer des bases de production régionales. Nous voulons un véritable engagement de localisation, avec une chaîne d'approvisionnement complète, ce qui stimulera notre industrie", a expliqué M. Domingo.

Les Philippines devraient produire 90 000 véhicules légers cette année, contre 2,14 millions d'unités pour la Thaïlande et 1,3 million pour l'Indonésie, estime IHS Automotive.

Juliette Rodrigues