Les Français limitent leurs dépenses automobiles depuis six ans

D’après une note de l’Insee publiée aujourd’hui, les automobilistes français limitent les dépenses d’achat d’automobiles, consomment moins de carburant et entretiennent moins leurs voitures depuis six ans. Malgré cette cure d’austérité, les Français ont vu leurs dépenses automobiles augmenter de 0,4 % en moyenne par an entre 2007 et 2013, soit trois fois moins rapidement que les dépenses de consommation sur la même période, remarque l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Ce chiffre recouvre des données contrastées. Le poste budgétaire consacré à l’acquisition d’un véhicule a ainsi diminué de 1,8 % par an en moyenne, tandis que celui des carburants a augmenté de 1,7 %. La dépense liée à l’entretien du véhicule a stagné en valeur sur cette période, mais son prix a progressé de 3 % par an. « Cette hausse s’explique par la spécialisation accrue de la main-d’?uvre et la complexité des réparations liée à l’électronique embarquée », estime l’Insee.

Les ménages français ont consacré 124 milliards d’euros à leur budget automobile en 2013, soit 11 % de leurs dépenses de consommation, une proportion globalement en baisse depuis le sommet de 13,2 % atteint en 1982. Il faut chercher du côté des volumes pour expliquer ce recul des dépenses. Entre 2007 et 2013, les acquisitions de voitures neuves ou d’occasion ont en effet baissé de 3,1 % en moyenne par an. Le nombre d’opérations d’entretien a, quant à lui, diminué à un rythme de 2,8 % pendant cette période, tandis que les achats de carburant, toujours en volume, ont décru de 1,8 % par an.
Les automobilistes s’adaptent de deux façons à la hausse des prix des carburants : « d’une part, en s’équipant de véhicules plus économes, bénéficiant ainsi des progrès technologiques, et d’autre part, en modifiant leurs comportements : conduite plus souple, moindre utilisation de leur véhicule, notamment par un recours plus important aux transports en commun », remarque l’Insee. Malgré cette évolution, l’essence et le gazole sont devenus en 2012 le premier poste de dépense des automobilistes français, accaparant 31 % de leur budget dédié, contre 28 % à l’acquisition et 27 % à l’entretien.
A l’exception de l’année 2008, période de pic pour les prix à la pompe, il faut remonter au milieu des années 1970, dans la foulée du premier choc pétrolier, pour trouver un tel poids du carburant dans le budget des automobilistes, souligne l’Insee. (AFP, ECHOS 14/10/14)

Alexandra Frutos