Léger rebond espéré pour le marché automobile français en 2014

Le marché automobile français a renoué en 2013 avec ses plus bas niveaux depuis plus de 15 ans, avec 1,79 million de voitures neuves vendues (cf. revue de presse du 2/1/14), mais un léger rebond est espéré cette année.

« L'année s'est bien passée » pour Renault, se félicite son directeur commercial Bernard Cambier, mettant en avant la Clio IV, qui a été le modèle le plus vendu dans le pays. « On termine l'année avec un carnet de commandes en hausse de 24 % par rapport à l'année dernière », souligne-t-il, ajoutant que la nouvelle Twingo sortira en 2014.

Citroën a en revanche traversé une période compliquée par « des perturbations [liées à] la fermeture de l'usine d'Aulnay », explique son directeur France Philippe Narbeburu. Mais la production a repris normalement et la marque compte notamment sur la C3, épaulée par le C4 Picasso et le C Cactus qui sera commercialisé vers juin, pour stimuler les ventes. A fin décembre, son carnet de commandes avait progressé de plus de 20 %. « Nous entrons dans l’année avec un portefeuille de commandes en hausse et un stock, inférieur à fin 2012, maîtrisé en durée et en qualité, ce qui est plutôt vertueux », note M. Narbeburu.

« L'année a été globalement positive » pour Peugeot, estime son directeur France Xavier Duchemin, soulignant le succès des motorisations hybrides de la gamme. « Le marché français a été compliqué avec une très forte concurrence un peu plus agressive que les années antérieures », souligne-t-il. Le 2008 affiche des résultats « nettement meilleurs que prévus [?]. Nous avons un important portefeuille en 2008 avec 5 000 voitures que nous n’avons pas pu livrer, nous saturons l’usine de Mulhouse, malgré la mise en place d’une équipe supplémentaire », indique-t-il par ailleurs. L’activité a également été soutenue en décembre avec une hausse des prises de commandes de 15 % (en VP et VUL) et une hausse du portefeuille de commandes de l’ordre de 10 %. Pour 2014, sur un marché prévu stable, Peugeot vise une croissance de sa part de marché et donc de ses volumes.

« On a atteint le fond de la piscine et le marché [qui est retombé à son niveau de 1997] devrait rester stable en 2014 », estime le CCFA, dont l’analyse est partagée par les marques et les analystes. Flavien Neuvy, de l’Observatoire Cetelem, prévoit « un léger rebond de 2 % ». « Les prévisions macroéconomiques sont plus favorables pour 2014 », souligne-t-il. Pour autant, aucun redressement significatif n'est à attendre « tant que le chômage n'aura pas significativement diminué », estime Jean-François Belorgey, associé chez EY (ex Ernst & Young). Tous deux estiment qu'il faudra encore plusieurs années avant que le marché ne renoue avec ses niveaux d'avant crise et plus de 2 millions d'unités. De son côté, Yann Lacroix, responsable des études sectorielles chez Euler Hermes, juge possible une croissance de 3 % du marché automobile français cette année.

Parmi les rares éclaircies, en 2013, les segments des 4x4 urbains et du low cost se sont bien portés et la tendance devrait se poursuivre cette année, soulignent les analystes. En revanche, « l'électrique n'est toujours pas là », avec des ventes qui restent anecdotiques, relève M. Belorgey, et les ventes de voitures diesel ont chuté de 13,3 % en un an. La guerre des prix devrait aussi se poursuivre, ce qui n'est pas sans conséquence sur les marges des groupes automobiles. (AFP, REUTERS 2/1/14, ECHOS, FIGARO, PARISIEN, AUTOACTU.COM 3/1/14)

Alexandra Frutos