Le secteur de l’aluminium a une grosse carte à jouer dans l’automobile

Pour répondre à des normes d’émissions de plus en plus draconiennes, les constructeurs d’automobiles ne négligent aucune piste pour alléger leurs modèles et améliorer leur empreinte écologique. L’un de leurs combats porte sur l’allègement des véhicules, et le secteur de l’aluminium a une grosse carte à jouer en la matière. Ce matériau est en effet plus léger que l’acier, et un pick-up doté d’une carrosserie en aluminium serait moins lourd d’environ 300 kg par rapport à son homologue à la structure d’acier.

Le secteur de l’aluminium doit certes surmonter un certain nombre d’obstacles techniques pour s’imposer définitivement dans l’automobile, mais ensuite, le passage à une voiture à la structure en métal blanc représentera « probablement 5 millions de tonnes d’aluminium primaire d’ici à cinq à dix ans », d’après un professionnel du marché. Dans quelques années, une automobile pourrait contenir environ 200 kg d’aluminium, alors qu’elle n’en comptait que 80 kg au début des années 2000. « Le marché automobile est le prochain grand eldorado pour l’aluminium », a récemment déclaré Jean-Baptiste Lucas, un responsable d’Alba, le deuxième plus important fondeur au Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, au site britannique spécialisé MetalBulletin.

Certains fondeurs se préparent à satisfaire une demande grandissante du secteur automobile. Novelis, le premier fournisseur mondial de tôles d’aluminium à l’industrie automobile, a ainsi annoncé mi-décembre 2013 qu’il allait investir plus de 200 millions de dollars dans deux usines situées aux Etats-Unis et en Allemagne afin de répondre à l’utilisation croissante d’aluminium dans les véhicules. Ces investissements porteront ses capacités de production de tôles d’aluminium pour l’automobile à 900 000 tonnes par an d’ici à fin 2015, le triple de sa capacité à la fin de 2012. D’autres fournisseurs d’aluminium se préparent également à la hausse de la demande dans le secteur automobile, tels qu’Alcoa, qui investit 575 millions de dollars aux Etats-Unis pour réaménager des usines dans les Etats de l’Iowa et du Tennessee.

Côté constructeurs, Ford a déjà affiché ses ambitions en présentant le concept Atlas, qui préfigure le prochain pick-up F150 dont la carrosserie est en aluminium, mais il se dit que General Motors et Chrysler dévoileront eux aussi des véhicules aux structures en aluminium avant la fin de la décennie. En Europe, Jaguar, qui vient de présenter un coupé à la carrosserie en aluminium, aurait par ailleurs un projet de gamme complète d’ici à deux ans.

Alexandra Frutos