Le premier véhicule équipé d’un aspirateur à particules issues du freinage sortira en 2016

La société d’ingénierie Tallano Technologie a développé un système de récupération des particules générées par l’abrasion des plaquettes de frein, aujourd’hui beaucoup plus importantes que celles émises à l’échappement. Ce système devrait équiper un premier véhicule dès 2016.

AUTOACTU.COM (25/11/14) rappelle que, si le trafic routier est responsable de 25 % des émissions de particules fines en zone urbaine, ce ne sont pas les moteurs des véhicules diesel (du moins ceux qui sont équipés de filtres à particules) qui en sont les plus émetteurs. L’abrasion des plaquettes de frein, des routes et des pneumatiques en génère beaucoup plus : elle est à elle seule responsable de 35 % des émissions de particules du trafic routier. Concernant les seules émissions au freinage, « un véhicule de taille moyenne, type berline compacte, émet en moyenne 30 mg/km de particules, un gros SUV, en émet le double. A titre de comparaison, un véhicule diesel aux normes Euro-5 émet 5 mg de particules/km à l’échappement », souligne Christophe Rocca-Serra, fondateur et dirigeant de Tallano Technologie.

Avec le système d’aspiration des particules issues du freinage mis au point par Tallano Technologies, lorsqu’on appuie sur la pédale de frein, un galet vient frotter contre le disque, un peu comme une dynamo de vélo. Cela entraîne une turbine installée en sortie des plaquettes, qui aspire les particules. Sa puissance permet de diriger ensuite les particules dans un carter de stockage équipé de filtres. Ce carter doit ensuite être vidé et les filtres remplacés lors de la révision du véhicule. « C’est un système purement mécanique, sans aucune électronique. Il est donc fiable, peu coûteux, peu intrusif dans l’architecture du véhicule et à très faible consommation énergétique », note M. Rocca-Serra.

Tallano Technologies ne produit pas ce système mais le commercialise à travers des droits de licence sur brevets. La société a d’ailleurs signé un premier accord de licence avec un équipementier qui fournira cet « aspirateur à particules » à l’un de ses clients constructeurs. « Le premier véhicule équipé de notre système sortira en 2016 », indique M. Rocca-Serra, sans dévoiler les noms de l’équipementier et du constructeur. C’est le marché américain qui pourrait profiter le premier de cet ingénieux système car six Etats ont déjà légiféré ? du moins partiellement - sur la question des particules de freinage. Dans ces Etats (avec la Californie en chef de file), les plaquettes de frein ne pourront plus contenir de cuivre à compter de 2025. Les constructeurs devront donc trouver un remplaçant au cuivre. La législation accordera sinon une dérogation aux véhicules qui n’émettent pas de particules au freinage. Et pour cela, la solution de Tallano Technologie est aujourd’hui la seule réponse disponible sur le marché.

En Europe, cette problématique commence également à être prise en compte. Des appels d’offre à programme de recherche européens ont été lancés pour développer des méthodes de réduction des émissions de particules issues du freinage avec un objectif de 50% de réduction.

Alexandra Frutos