Le pôle Mov?eo travaille à la commercialisation des innovations de ses membres

Le pôle de compétitivité Mov?eo a présenté les services mis en place dans le cadre de la phase 2013-2018 des pôles, qui vise à accompagner les PME dans la commercialisation des innovations issues des projets de recherche financés en partie par les aides publiques.

Après avoir labellisé au cours des 6 dernières années 324 projets de R&D représentant plus de 1,3 milliard d’euros d’investissement, Mov'eo adopte une nouvelle feuille de route : « Désormais, 30 % de nos moyens vont être consacrés à la mise sur le marché des projets de recherche », a annoncé Jean-Claude Hanus, président du pôle de compétitivité.

Les résultats de Mov'eo peuvent se mesurer en nombre de brevets déposés, une cinquantaine en 2012, ou par un exemple concret, le système SCR de post-traitement des gaz d'échappement développé par PSA Peugeot Citroën. Mais, si les grands groupes porteurs des projets profitent bien des ressources du pôle de compétitivité, les retombées pour les 177 PME réunies au sein de Move?o sont insuffisantes. « Certaines innovations, notamment sur les motorisations, restent limitées au secteur automobile, mais il y a de nombreuses PME qui innovent dans les domaines de la voiture communicante ou intelligente, l’usine du futur ou le recyclage, qui pourraient trouver des débouchés sur d’autres marchés », explique Gérard Yahiaoui, vice-président de Mov'eo.

Désormais, pour coller au marché, des spécialistes « business » issus des entreprises membres de Move?o seront intégrés aux programmes de recherche. Pour les projets les plus stratégiques, Mov'eo a créé une cellule chargée de détecter les marchés potentiels, de rechercher de nouvelles sources de financement (européennes et privées), d’intégrer la notion de prix de revient dans les innovations, et d’assurer une veille stratégique sur les tendances des marchés et l’évolution de la concurrence.

Move?o va également favoriser la création de groupements de PME,. « L’objectif est d’élargir le champ d’application d’innovations souvent très pointues, en réunissant une chaîne de valeur autour d’une ou plusieurs technologies sur lesquelles il sera plus facile de communiquer. Le groupement de PME pourra participer à des salons internationaux, créer une plaquette commune, et aura plus de poids pour répondre à des appels d’offres », explique M. Yahiaoui. L’objectif du groupement est aussi d’intégrer des entreprises qui ne font pas encore partie de projets Move?o, mais qui apportent une contribution à la chaîne de valeur.

Deux groupements ont déjà été créés, INI (Intégration du Numérique dans l’Industrie) et ITS-Infra (infrastructure et transport intelligents), qui autofinancent leurs actions à raison de 300 euros par mois et par entreprise participante.

Afin de répondre aux exigences de résultats imposés par l’Etat, le pôle Move?o s’est engagé sur des indicateurs très concrets de performance en 2015, à mi-parcours de son contrat de 6 ans. Il devra, par exemple, créer 15 groupements de PME, faire signer des contrats internationaux à 12 PME, participer à 5 projets de recherche européens (contre 2 actuellement en cours).

Move?o s’est aussi fixé un objectif de développement, pour passer de 350 membres aujourd’hui à 500 d’ici à 2015, condition nécessaire à l’augmentation de ses moyens d’action. Son budget de fonctionnement de 2,5 millions d’euros se réduit en effet d’année en année, avec la baisse des financements publics qui en assurent la moitié. (JOURNALAUTO.COM 24/9/13, AUTOACTU.COM 25/9/13)

Alexandra Frutos