Le point sur le poids des constructeurs étrangers dans l'industrie automobile en Amérique du Nord (2/2)

La part des constructeurs étrangers dans la production de véhicules en Amérique du Nord atteignait 46 % au premier trimestre de cette année (avec 2,18 millions d'unités sur un total de 4,7 millions), contre 31 % au premier trimestre 2005 et 22 % sur les trois premiers mois de 2000. Michael Jackson, un analyste de IHS Automotive, prédit que constructeurs étrangers et américains « seront au coude à coude » en 2017.

Le Centre de recherche sur l’automobile (CAR) d’Ann Arbor (Michigan) estime que le développement de l’outil de production des constructeurs asiatiques et européens au Mexique pourrait porter les capacités des constructeurs étrangers au-delà de celles des trois constructeurs de Detroit. Concernant les emplois, il souligne que General Motors, Ford et Chrysler ont une activité de recherche et développement substantielle en Amérique du Nord et prévoit que les trois constructeurs créeront 14 000 emplois aux Etats-Unis au cours des quatre prochaines années, ce qui porterait leurs effectifs dans ce pays à 201 000 personnes.

Les constructeurs asiatiques vont pour leur part créer des milliers d’emplois au Mexique. Honda emploiera 3 200 personnes dans une nouvelle usine à Celaya, qui assemblera des petites voitures à partir de 2014. En 2015, Mazda ouvrira une usine à Salamanca, qui emploiera 4 500 salariés. Nissan construit une usine à Aguascalientes, qui entrera en activité au mois de novembre et emploiera 3 000 personnes.

On notera que les constructeurs étrangers dominent déjà le marché américain. Leur part de marché combinée y est passée de 32,1 % au début de 2000 à 42,2 % en 2005 et atteignait 54,4 % au premier trimestre de cette année. Les constructeurs américains n’occupent plus que 45,6 % de leur marché national, plus de 20 points de moins que début 2000.

Frédérique Payneau