Le point sur le Salon des véhicules utilitaires de Hanovre 2014

Le Salon des véhicules utilitaires de Hanovre se déroule du 25 septembre au 2 octobre. Cette année marque un tournant difficile pour le segment des véhicules utilitaires après une année 2013 favorable. En effet, le marché des véhicules utilitaires (autobus, V.U.L et poids lourds) est plus sensible que le marché des voitures particulières aux variations de la conjoncture.Or, plusieurs marchés importants pour les véhicules commerciaux, tels que le Brésil et la Russie, traversent actuellement une situation économique troublée. Ainsi, l’Europe de l’Ouest, l’Europe de l’Est et l’Amérique du Sud représentent les trois régions à problèmes pour le marché des véhicules commerciaux. « Notre industrie traverse aujourd’hui une période un peu compliquée », a concédé Bruno Blin, président de Renault Trucks, au cours des journées presse qui ont précédé l’ouverture du Salon. Il a notamment insisté sur la croissance atone dans de grands marchés d’Europe de l’Ouest (notamment l’Italie et la France).Eckhard Holz, président de Volkswagen Nutzfahrzeuge (véhicules utilitaires) s’est montré moins catégorique. « La situation n’est pas uniforme, il n’y a pas de raison de se montrer pessimiste, mais pas de raison non plus d’être euphorique », a-t-il déclaré. Daimler Trucks, premier constructeur de poids lourds grâce à ses diverses marques (Mercedes-Benz, Fuso, Freightliner, etc.), table de son côté sur un marché des poids lourds de plus de 6 tonnes stable cette année, bien que le marché européen devrait diminuer d’au moins 5 %. Malgré ces estimations pessimistes, Daimler compte sur le Salon de Hanovre pour redonner un nouveau souffle au secteur. Le constructeur y présente notamment un concept de camion autonome qui pourrait voir le jour d’ici à 2025. Daimler a vendu près de 516 000 camions, bus et véhicules utilitaires légers sur les 8 premiers mois de l’année (+ 5 %), dont environ 34 000 poids lourds (- 8 %).Claes Nilsson, président de Volvo Trucks, prévoit pour sa part que le marché des véhicules utilitaires en Europe sera stable cette année et en 2015, sauf aggravation de la crise entre la Russie et l’Ukraine. Au vu de cette crise ukrainienne, Anders Nielsen, président de MAN, table sur une chute des ventes de poids lourds en Russie de 25 %. Selon le constructeur, la conjoncture difficile en Russie et en Ukraine impacte l’ensemble de la région Europe de l’Est. Toutefois, malgré cette crise, les ventes de camions sur le marché est-européen n’ont pour l’instant diminué que de 0,3 % sur 8 mois. MAN a néanmoins dû mettre en place des mesures de chômage partiel pour les 4 000 salariés de ses usines de Salzgitter (Allemagne) et de Steyr (Autriche).En revanche, le cabinet IHS estime que la demande mondiale de poids lourds devrait reculer de 2,3 % en 2014, à 2,65 millions d’unités environ, pour ensuite repartir à la hausse en 2015. Le cabinet précise en outre que si le début d’année a été bon en Europe de l’Ouest, les indicateurs laissent attendre un second semestre en recul. En outre, les marchés chinois, brésilien et russe devraient se contracter de 4 %, 10 % et 16 %, respectivement.Toutefois, quelques marchés connaissent une évolution positive, notamment aux Etats-Unis et au Japon. IHS table ainsi sur une hausse des ventes de poids lourds sur le marché américain de 10 % cette année. Afin de se développer sur ce marché porteur, Volkswagen-Nfz prévoit notamment de commercialiser, outre ses pick-ups (un type de véhicules particulièrement apprécié aux Etats-Unis), une gamme de véhicules utilitaires légers.Par ailleurs, afin de relancer la demande de poids lourds, les équipementiers développent des technologies afin de réduire la consommation des véhicules ou afin de réduire les coûts des matières premières. Ainsi, à l’occasion du Salon de Hanovre, Continental a présenté des pneumatiques fabriqués à partir de caoutchouc de pissenlit (cf. revue de presse du 24/9/14). Cette matière première alternative permet de réduire les risques de fluctuation des prix du caoutchouc.De plus, Bosch vise des réductions de consommation de 15 % d’ici à la fin de la décennie, grâce à des technologies améliorant l’efficience du carburant. Enfin, un autre thème important de ce Salon a été l’arrivée de nouveaux concurrents de Chine. Ainsi, Dongfeng est pour la première fois présent à Hanovre. Huang Gang, président de Dongfeng, a déclaré que la stratégie du constructeur était de développer ses activités sur un plus grand nombre de marchés. Dongfeng souhaite notamment concurrencer les constructeurs européens de camions sur les marchés émergents.

Cindy Lavrut