Le point sur le Salon de Francfort 2/2

En ce qui concerne les véhicules respectueux de l’environnement, la technologie hybride rechargeable est largement majoritaire au Salon de Francfort. La plupart des véhicules de ce type présentés au Salon sont en effet proches de la version de série. L’avantage des véhicules hybrides rechargeables est qu’ils ne présentent pas de problème d’autonomie. En outre, ils peuvent circuler en mode 100 % électrique sur une distance plus importante que les hybrides classiques.

Les constructeurs allemands exposent donc plusieurs modèles hybrides rechargeables à l’occasion du Salon de Francfort, notamment les BMW i8 et X5 eDrive, la Mercedes Classe S500, les Audi A3 e-tron et Sport Quattro ou encore la Porsche 918 Spyder (qui est le modèle le moins polluant de l’histoire de la marque, avec une consommation réduite à 3 litres aux 100 km). Au total, les constructeurs allemands exposent 16 modèles électriques ou hybrides rechargeables au Salon de Francfort. Le nombre des modèles hybrides proposés par les constructeurs est en forte hausse depuis le Salon de Genève, les constructeurs voyant dans cette technologie une solution pour réduire leurs émissions idéale à court terme. Toyota estime que la multiplication de l’offre de véhicules hybrides est une chance car elle va impliquer une hausse de la demande. Or, Toyota reste pour l’instant le leader sur le segment des véhicules hybrides (par exemple, en Allemagne, 90 % des véhicules hybrides immatriculés sont des Toyota).

Mais les véhicules hybrides n’ont pas été les seuls à être mis en vedette à Francfort. En effet, Jean Todt a dévoilé la Formule E (la Spark-Renault SRT01E), une monoplace 100 % électrique conçue par la coentreprise franco-britannique Spark Racing Technology. Cette monoplace sera dotée d’un moteur Renault, de pneus Michelin tous-temps, de systèmes électroniques McLaren et de batteries. Elle courra à l’occasion du Championnat de Formule E, dont la première édition se déroulera de septembre 2014 à juin 2015.

Conséquence de l’émergence des véhicules verts, l’allègement des véhicules a également été un thème central du Salon de Francfort. Grâce à des nouvelles techniques dans les processus de production (emboutissage, soudage, etc.) et à des aciers plus minces (et donc plus légers), les véhicules de série présentés cette année étaient généralement plus légers que leurs prédécesseurs. Ainsi, le Citroën C4 Picasso et la Peugeot 308 ont chacun perdu 140 kg par rapport à la génération précédente. La Citroën C4, la Peugeot 208, la Renault Clio 4 et la Volkswagen Golf affichent pour leur part un poids allégé de 100 kg. L’allègement est un des aspects nécessaires à la réduction de la consommation des véhicules et permet ainsi de tendre vers l’objectif ? fixé par la Commission européenne ? d’atteindre des émissions de CO2 moyennes de 95 g/km d’ici à 2020. La perte de 10 à 12 kg permet de réduire les émissions de 1 g/km.

Enfin, on peut noter que l’optimisme a été de mise au cours des journées presse du Salon de Francfort. En effet, après 5 ans de baisse des ventes sur le marché européen, la plupart des constructeurs et analystes estiment que le point le plus bas a été dépassé. Plusieurs dirigeants (notamment Stephen Odell, président de Ford Europe, Trevor Mann, vice-président exécutif de Nissan, Martin Winterkorn et Christian Klinger, respectivement président et responsable des ventes de Volkswagen, Rupert Stadler, président d’Audi, Karl-Thomas Neumann, président d’Opel, et Philippe Varin, président de PSA Peugeot-Citroën) s’attendent même à des signes de reprise ou au moins de stabilisation. Selon les analystes, le marché européen devrait repartir à la hausse en 2014 et le marché américain devrait pour sa part s’établir à 16 millions d’unités en 2013, retrouvant ainsi le niveau de 2007. Pour alimenter cette reprise, les constructeurs misent sur de nouveaux modèles, ce qui se traduit par près de 100 premières mondiales dévoilées au Salon de Francfort.

Cindy Lavrut